• YVON LE MEN : " LES RUMEURS DE BABEL " ( Ed. DIALOGUES 2016 )

     

    YVON LE MEN : " LES RUMEURS DE BABEL " ( Ed. DIALOGUES 2016 )

         Yvon Le Men est un des très rares poètes un peu présent dans les médias et j'ai acquis son livre après l'écoute d'une émission dont il était l'invité, sur radio-France en début de cette année.                                                                              J'ai trouvé cela, qui se présente comme un recueil de poésie, très riche en qualités humaines mais poétiquement très pauvre.

         Je l'ai pourtant intégralement lu avec intérêt pour la valeur sociologique de son témoignage et pour la qualité des nombreuses illustrations réalisées par Emmanuel Lepage.          Il n'est en effet pas banal qu'un poète tente de montrer dans un très long poème l'image de ce que cela peut être que de vivre dans un grand immeuble d'un quartier populaire périphérique.

         Son séjour de trois mois en ces lieux lui permet d'aligner une suite d'anecdotes et de portraits, souvent tendres mais parfois très crus, dans ce qui se présente comme un seul long poème de prose versifiée. C'est admirable de simplicité et d'empathie ( 1 ) et c'est aussi très instructif ( je pense en particulier à son insistance sur le bruit dans l'immeuble: permanent, perturbant, obsédant ...).

        Mais c'est très pauvre poétiquement:                                                                                                                   - langue plate, transparente, sans mystère.                                                                                                         - jeux de mots assez puérils.                                                                                                                                     - pas de décalage du regard                                                                                                                                     - pas de condensation pour ouvrir l'espace du sens                                                                                                     - peu de disjonction pour désarçonner la narration

         Il est possible que cette combinaison de bons sentiments avec une langue "plate et transparente" soit une raison du relatif succès médiatique de ce poète : 

    " Ils avaient les yeux                                                                                                                                            plus grands que les choses                                                                                                                                    dont ils parlaient

    en butinant les mots                                                                                                                                             parmi les plus beaux                                                                                                                                            des mots                                                                                                                                                           pour faire du miel                                                                                                                                              comme les abeilles                                                                                                                                                de l'ordinaire des jours                                                                                                                                         qui hier et avant-hier                                                                                                                                       furent extraordinaires

    des mots dits de tous les jours                                                                                                                             pour les maudits de toujours "  (page 160)

     

                                                                                                         Franck Reinnaz

    ( 1 ) : Je ne connais pas le "vrai" Yvon Le Men , mais l'image qui se propose ici semble aux antipodes de celle suggérée par Marc Le Gros dans quelques vers du poème N°20 de l'ensemble "Manière Jaunes" dans son recueil "Tombeau pour Laurentine C." ( Ed. La Part Commune 2008 )

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :