• Ruralités poétiques

     

    Ruralités poétiques

     

         " J'ai toujours pensé qu'un lien secret unit l'homme au paysage et, sans doute, essentiellement à un paysage que, plus ou moins obscurément, toute sa vie il tentera de rejoindre."

    Je ne saurais objecter à ceci (1), rêvant moi-même si souvent, depuis si longtemps, d'un définitif retrait solitaire entre Cévennes et Vivarais.               Et si la nature et la ruralité sont de mes thèmes privilégiés de lecteur en poésie, parmi d'autres, c'est peut-être en compensation de ce rêve inabouti.

    Cette citation de Jean Joubert est mise en exergue pour ouvrir le recueil       " Dernier Fagot" de Jean-Vincent  Verdonnet dont les nombreux livres parus chez Rougerie sont d'éminents exemples de cette poésie de la nature.

    Rares sont ces poésies de la nature n'ayant pas l'anthropomorphisme comme une de leurs ressources. Quand ce dernier est trop saillant, ces poésies perdent pour moi beaucoup de leur valeur. Même un poète aussi fin que Verdonnet n'en est pas indemne :

    " Le vent écrit au dos des feuilles                                                                tout l'amour qu'il leur a voué "       ("Dernier fagot", Rougerie 2011, p13)

    Même "traitant" de la nature, une poésie manque de force si l'homme en est trop absent, surtout si cette absence se paie d'un excès d'anthropomorphisme. D'une certaine manière, Verdonnet le dit aussi dans ce poème de très haute tenue :

    " La solitude allume dans les chambres                                                                                                                    la flamme pâle de l'attente

    noue chaque geste d'une absence                                                                                                                            dont le visage à l'ombre se confond                                                                                                                    captif d'abîmes qui l'entraînent

    et la pensée n'est que fagot                                                                                                                                   où le feu se refuse à prendre                                                                                                                              sans le tison d'une autre voix humaine "  ("Espère et tremble", Rougerie 1981 , p29)

     

    Ruralités poétiques

         Lecteur gourmand des prix Max-Pol Fouchet décerné par l'association de l'Atelier Imaginaire, animée par Guy Rouquet, j'avais ainsi découvert Claude Brugeilles avec les proses poétiques de son bref recueil "Papier païs"  ( Ed. La Différence , 1994 ) (2). Autre exemple de poésie de la nature, en plus effervescent et plus obscur aussi. Fils littéraire improbable de rené Char et de jean Giono, écrivant à mi-chemin entre des fulgurances malaisément lisibles et de virgiliennes exaltations à la louange de la nature et de la ruralité :

    " Le cerisier mit ses gants de satin et fit glisser la chair   ensanglantée des brumes.                                                  Délivrée, la source dévala la colline, l'aurore à cali- fourchon."            (p. 28)

         Je vous aurai bien recommandé mon recueil préféré de poésie de la nature et de la ruralité, à savoir " La remue " de Guy Bornand paru aux éditions Le Dé Bleu en 1989, mais il semble qu'il ne soit plus disponible chez l'éditeur Eclats d'Encre ( lequel assure l'écoulement du stock du Dé Bleu après la cessation d'activité de cet éditeur) . J'offre tout de même ce qui suit à ceux de mes lecteurs venant à s'apercevoir qu'ils sont mortels :

    "Tant de fois, ils ont répété le geste de par-                                                                                                             tir qu'ils s'en vont, pour de bon, sans se                                                                                                            laisser surprendre : les vieux ne meurent                                                                                                              jamais pour la première fois. " 

    C'est la dernière phrase du recueil.                                                                                                                       Comme un adieu.

                                                                                                                           Franck Reinnaz

     

    (1) : de Jean Joubert , dans " L'homme de sable " ( Ed. Grasset 1975 )                                                                                                        (2) : J'aime à m'offrir le luxe de l'inactualité, et je vous l'offre aussi puisque je m'assure de la persistante disponibilité des recueils cités.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :