•  


        Le préambule motorisé de mes randonnées de chasse photographique s'achève fréquemment aux abords d'une ferme dont surgit une hurlante escouade canine.                                           Dans les minutes requises pour l'assagissement des cerbères, je m'exerce à distinguer le timide, le teigneux et surtout le sociable avec lequel j'engage la conversation qui rassure l'un et calme l'autre.

        Ce jour-ci, goûtant fort ma compagnie, le sociable m'accompagne et voudrait même me précéder et m'entraîner à sa suite sur la piste de son parcours idéal. D'abord flatté par ce compagnonnage, je m'inquiète de la suite prévisible: A tant courir dans tous les sens et souvent me précédant de loin, cet aimable chien va réduire à néant les opportunités d'intéressantes photographies animalières !

        Il me faut donc m'en séparer et, pour ce faire, je gesticule et grimace et donne de la voix.                                         C'est d'abord peine perdue : Il s'amuse de mes jets hargneux de boules de neige et aboie quand je crie, comme pour dire qu'il sait en faire autant ... Mais à la longue il se méfie, sa queue s'agite moins puis il s'éloigne, la queue basse et le regard éteint dans lequel je crois lire cette nouvelle déception que lui cause un de ces hommes décidément incompréhensibles ! 

        Il ne m'abandonne pourtant pas et m'accompagne encore, tantôt derrière et tantôt devant, mais à distance, comme espérant un retour en grâce.  

        Mon inconstance m'a fait tout perdre, la promesse d'intéressantes photographies et la chaleureuse complicité du compagnon d'un jour.  

     

                                                                                                                                            Franck Reinnaz

     

     


    votre commentaire
  •  

         Selon le journal Le Monde du 28/02/2017, la société SpaceX vient d'annoncer que deux touristes partiront en voyage autour de la Lune d'ici à la fin de 2018, et par ailleurs, sur le site www.LVMH.fr, on constate le quasi-doublement en cinq ans du cours de bourse de cette multinationale du luxe qu'est LVMH.

         Pour expliquer l'appariement de ces deux informations, je dois opérer un petit détour .    

         Dans certaines versions mal dégrossies du marxisme, il est suggéré que le capitalisme creuserait lui-même sa perte en restreignant les revenus des classes productives parce qu'il assèche ainsi lui-même ses débouchés.                               En réalité, le problème est celui de la cohérence entre la structure des revenus et la structure des activités productives. En effet , le panier de consommation moyenne des classes propulaires n'a pas, indépendamment de son volume, la même composition relative que celui des classes fortunées. Il en résulte que si la répartition des revenus évolue durablement au profit des classes fortunées, la crise de débouchés peut être évitée si la structure des activités productives évolue en parallèle en privilégiant la production de biens et services de luxe au détriment des biens et services de subsistance.     Comme la structure globale des activités productives ne peut évoluer que lentement, une évolution rapide mais durable de la structure des revenus entraîne une crise de débouchés, mais cette crise peut être temporaire.

         Certains préféreront cette formule plus lapidaire : " Les fortunés ne peuvent dépenser tout leur argent dont une partie dort dans les banques, d'où le chômage ".

         C'est en partie vrai, mais en partie seulement. Rien n'empêche, à priori, le développement d'une offre de biens ou de services répondant au désir de consommation d'une classe fortunée devenue plus nombreuse et/ou plus riche. Et c'est ainsi que, depuis le milieu des années 80, l'écart croissant entre classes populaires et classes fortunées se trouve accompagné par le développement des industries du luxe (1) et l'émergence d'une offre de tourisme dispendieux.

     

                                                                                                                 Franck Reinnaz

     

    (1) : Voir aussi le marché des oeuvres d'art ou bien la joaillerie dont l'un des plus éminent représentants, Laurence Craff, déclarait récemment: " En 2016, il n'y a pas assez de pierres pour satisfaire la demande."

     


    votre commentaire
  •  


    Bernard Chambaz : " Etc. "  ( Ed. Flammarion 2016 )     En 2010, " Eté II" de Bernard Chambaz paraissait chez Flammarion, impressionnant pavé poétique de 260 pages grand format, dont le premier volume, paru en 2005, avait reçu le prix Apollinaire.

         Alternant proses et textes versifiés de vers très libres, ce livre exposait les divagations d'un poète sous l'apparence changeante d'une page de journal intime, d'un paragraphe d'essai littéraire ou d'un poème.

         "Tout est dans Tout" pour l'homme de culture, dont les divagations suivent la loi des apparentements analogue à celle des rêves : Telle personne, par exemple, est dotée d'une longue chevelure qui font penser aux algues, celles-ci nous ramènent aux rivières et les rivières nous emportent aux océans des navigateurs, etc.

         Lisant ce type d'écriture, la distance me semble courte et glissante entre deux réactions possibles: Trouver plaisante cette démonstration de culture dans une ambiance de rêve éveillé ou s'agacer de cette intempérance de langue tournant à vide comme par automatisme :

     " comment ça coexiste                                                                                                                                            avec les cimmériens avec Darius avec le sacré                                                                                                          la vieille automobile rouge rangée                                                                                                                      derrière le hangar                                                                                                                                                  la sensation du vent chaud sur ma peau                                                                                                                  le monde entier l'histoire du monde entier                                                                                                              pris dans le poème                                                                                                                                      vibration                                                                                                                                                          gelée de mûres comme les chinois                                                                                                                          les tombereaux de fleurs les équivalences                                                                                                            4000 livres de rose                                                                                                                                            magnolias                                                                                                                                                    mimosas "        ( page 190 )

    Bernard Chambaz : " Etc. "  ( Ed. Flammarion 2016 )

     

         On retrouve la même intempérance de langue dans "Etc." paru en 2016.     Cet ensemble de poème versifiés comprend 5 parties :

    - Par son style et ses thèmes, la partie médiane, intitulée "Dernières nouvelles données du bord de l'océan" pourrait être lue comme une suite à "Ete II" .

    - Dans " Etc. ", brillante et légère bulle de culture, l'auteur aligne les réflexions diverses sur l'usage de cet "Etc." dans la littérature poétique. 

    - "Du Bellay du balai " offre des vers si irréguliers et si libres que ce titre en semble annoncer ironiquement le programme.

    - " La mort de Verlaine " et "Vous avez le bonjour de Robert Desnos" proposent d'intéressantes anecdotes sur les derniers moments puis la mort de ces deux grands poètes. 

     

         Certains lecteurs à qui la concision, les coqs à l'âne et les libertés prises avec la grammaire ne suffisent pas, se demanderont s'il s'agit bien ici de poésie. Comme souvent, face aux "poémes-Flammarion", j'hésite à me prononcer .

     

                                                                                                 Franck Reinnaz

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Dévoilement ( 1 )

     

              Au loin, une ferme aboie contre la nuit; moi j'ai rompu ma laisse, abandonné

              la niche du jour domestique. Dans la nuit sans limites, aux marges du sensible,

              la faiblesse du regard exacerbe les sens jusqu'aux chimères. Et même si l'ombre

              est abîme, même si l'ombre est muraille, constante menace de chute ou de choc,

              oppressante imminence qui dure infiniment, j'avance vivifié par cette appréhension, 

              cordes sensibles à chaque pas plus tendues.

     

              J'ai refusé la lampe qui réduirait le monde à la bulle de lumière où elle m'enfermerait,

              poussin dans sa coquille sans ailleurs ni mystère.

     

              Sous la lune mijote le bouillon d'ombre d'une clairière aux grumeaux gris qui n'ont

              de mots pour se nommer, taches flottantes indécises que mes yeux balaieront pour

              qu'elles s'arriment et prennent formes dénommables, jamais certaines d'être du   

              monde ou de n'être qu'en moi.

     

              L'extrême lenteur m'épuise qui vise le silence, corps funambule esquivant les branches,

              entre les flaques d'où se dissipe l'empreinte du jour passé par là. Taches et bruits ,

              toujours douteux, sont si ténus et si fragiles que la marche les noie dans les rumeurs 

              du corps, si ambigus et peu-disant qu'ils sont mots de poème sur page d'ombre et de

              silence.

     

              D'âpres petits cris disent l'ultime instant où la rage du chasseur et la peur de sa

              proie perdent toute maîtrise. Entre eux le silence prend une autre couleur.

              Feux follets d'âmes que je fus, rôdent des peurs d'enfance; par jeu je les accepte

              mais c'est de froid que je frissonne quand le vent porte ma présence dans

              l'outre-monde des odeurs animales où cent narines fouillent anxieuses leur nuit

              violée.

     

              La folie des oiseaux dit l'imminence du jour, et lentement se dépose la lie de la

              nuit, aux ombres qui s'affirment, se multiplient et se marient. Réalité certaine

              d'identités incertaines, d'une temporaire étrangeté étrangement familière. Je sens

              sans preuves le vol d'une chouette archétypale au pur mouvement sans bruit ni

              forme, léger autant que le regard; son corps-papier vit dans mes livres.

              Bande pâle brisée s'affirme la lisière. Un chevreuil la franchit, furtive anguille dans

              le petit lait gris; ses brefs abois outrés dénoncent mon sacrilège.

     

              Bientôt, saoulés d'aurore violente, des brocards s'amuseront à des courses

              soudaines. Des mouchoirs de rosée luiront sur les fougères. Trois os blancs

              alignés diront une devinette; plus tard une pie sur un dos large et calme, cheval

              debout dormant. Pions muets dispersés sur le cadastre des éclats et des ombres,

              son tissage éphémère du jour avec la nuit, mirage d'un nouveau monde.

     

              Echec aux ombres et aux chimères, l'échiquier de l'aurore lentement implosera,

              son espace atrophié cantonné en lisière.

     

              J'ai refusé la lampe pour m'offrir impuissant à la nuit sorcière. J'en thésaurise

              les mystères pour en pouvoir revivre de forte vie la tentation du dévoilement

              qui serait leur mort et donc un peu la mienne.

     

     

                                                                                                                                             Poème de Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) : poème précédemment paru dans la revue Interventions à Haute Voix.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  


    Josiane Gelot : "Au désordre du monde" ( Ed. Interventions à Hautes Voix , 2017 )

          Deux fois par an, la revue Interventions à Haute Voix édite un recueil de poésie (1). Ainsi, pour le début 2017, cet " Au désordre du monde" de Josiane Gelot (2).

         Née en 1948, l'auteure vit à Lyon et a travaillé dans le secteur social où elle a, dit-elle, "assuré l'accompagnement de personnes fragilisées par des histoires familiales chaotiques et douloureuses".

         D'emblée, les premiers poèmes annoncent la couleur; celle d'un mal-être dont on ne connaîtra pas les ressorts, bien qu'on se prenne ensuite au jeu de les deviner sous les mots d'un langage qui voile autant qu'il dévoile :               " M'ont donné le prix à payer                                                                                              Silence est l'or !                                                           Misant sur moi croyaient gagner.                                                           M'ont laissée comme ruinée."      ( page 11)

         La suite de ma lecture ne pouvait qu'être influencée par l'annonce de ce malaise, filtre assombrissant des poèmes ultérieurs peut-être plus neutres quand ils rapportent, par exemple, des scènes de rues.

         Malaise peut-être finalement apprivoisé, sinon dominé, mais qui, dans la durée, a laissé sa trace dans le langage ( "un éboulis de vie", "ficelé dans le temps", "pépite de solitude et d'ennui", "l'ombre coule en haillons", etc.).

         D'un langage simple et direct, c'est parfois comme d'une prose versifiée, mais parfois également les vers très libres imposent leurs scansion hâchée, brisant l'élan, comme incertains :                                                                               " Mon silence                                                                                                                                                    Eclaboussé de pluie                                                                                                                                              Par brassées Les gouttes                                                                                                                            Déchirées                                                                                                                                                        Sous les crocs du vent                                                                                                                                  Grelottent à la fenêtre                                                                                                                                       Font ventouses                                                                                                                                                     Sur mon silence défait " ( page 44 )

     

                                                                                                                Franck Reinnaz

     

    (1) : Comité de lecture actuel : Laurent Bayssières, Eliane Biedermann, Eric Chassefière, Guy Chaty, gérard Faucheux. 

    (2) : A commander au prix de 10 euros auprès de : M.J.C de la Vallée, 25 rue des fontaines Marivel, 92370 Chaville.

     

     

     


    votre commentaire