•  

     

    Dévoilement ( 1 )

     

              Au loin, une ferme aboie contre la nuit; moi j'ai rompu ma laisse, abandonné

              la niche du jour domestique. Dans la nuit sans limites, aux marges du sensible,

              la faiblesse du regard exacerbe les sens jusqu'aux chimères. Et même si l'ombre

              est abîme, même si l'ombre est muraille, constante menace de chute ou de choc,

              oppressante imminence qui dure infiniment, j'avance vivifié par cette appréhension, 

              cordes sensibles à chaque pas plus tendues.

     

              J'ai refusé la lampe qui réduirait le monde à la bulle de lumière où elle m'enfermerait,

              poussin dans sa coquille sans ailleurs ni mystère.

     

              Sous la lune mijote le bouillon d'ombre d'une clairière aux grumeaux gris qui n'ont

              de mots pour se nommer, taches flottantes indécises que mes yeux balaieront pour

              qu'elles s'arriment et prennent formes dénommables, jamais certaines d'être du   

              monde ou de n'être qu'en moi.

     

              L'extrême lenteur m'épuise qui vise le silence, corps funambule esquivant les branches,

              entre les flaques d'où se dissipe l'empreinte du jour passé par là. Taches et bruits ,

              toujours douteux, sont si ténus et si fragiles que la marche les noie dans les rumeurs 

              du corps, si ambigus et peu-disant qu'ils sont mots de poème sur page d'ombre et de

              silence.

     

              D'âpres petits cris disent l'ultime instant où la rage du chasseur et la peur de sa

              proie perdent toute maîtrise. Entre eux le silence prend une autre couleur.

              Feux follets d'âmes que je fus, rôdent des peurs d'enfance; par jeu je les accepte

              mais c'est de froid que je frissonne quand le vent porte ma présence dans

              l'outre-monde des odeurs animales où cent narines fouillent anxieuses leur nuit

              violée.

     

              La folie des oiseaux dit l'imminence du jour, et lentement se dépose la lie de la

              nuit, aux ombres qui s'affirment, se multiplient et se marient. Réalité certaine

              d'identités incertaines, d'une temporaire étrangeté étrangement familière. Je sens

              sans preuves le vol d'une chouette archétypale au pur mouvement sans bruit ni

              forme, léger autant que le regard; son corps-papier vit dans mes livres.

              Bande pâle brisée s'affirme la lisière. Un chevreuil la franchit, furtive anguille dans

              le petit lait gris; ses brefs abois outrés dénoncent mon sacrilège.

     

              Bientôt, saoulés d'aurore violente, des brocards s'amuseront à des courses

              soudaines. Des mouchoirs de rosée luiront sur les fougères. Trois os blancs

              alignés diront une devinette; plus tard une pie sur un dos large et calme, cheval

              debout dormant. Pions muets dispersés sur le cadastre des éclats et des ombres,

              son tissage éphémère du jour avec la nuit, mirage d'un nouveau monde.

     

              Echec aux ombres et aux chimères, l'échiquier de l'aurore lentement implosera,

              son espace atrophié cantonné en lisière.

     

              J'ai refusé la lampe pour m'offrir impuissant à la nuit sorcière. J'en thésaurise

              les mystères pour en pouvoir revivre de forte vie la tentation du dévoilement

              qui serait leur mort et donc un peu la mienne.

     

     

                                                                                                                                             Poème de Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) : poème précédemment paru dans la revue Interventions à Haute Voix.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •                               

     

                                  Domestiqués

     

     

                        Les bérets

                        Les mégots

                        Les tenailles des mains

                        Gestes lents et corps durs

                        Rares paroles et mots de peu

     

                        Savaient pas la distance

                              de toi à toi

                        Manœuvre docile

                             aux muets soliloques

                             aux lentes ruminations

     

                       Brique après brique

                             gagnaient/perdaient leurs vies

                      Taureaux domestiqués

                      Cornes coupées

     

                      Dans les effluves des corps las

                            aux soirées écourtées

                            aux sommeils immédiats

                      Tu ne t'endormais pas

                      Dans l'ombre ton être

                            se raccommodait

     

     

                                                                                                    Poème de Franck Reinnaz

     

    (1) : Nouvelle version d'un poème précédemment paru dans la revue numérique "Incertain Regard" N°9.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

                                    Ombre esclave

     

     

                        Révise une page

                              à pataude écriture

                        le bout d'un doigt mouillé

                             qu'agace la soif

                                  du papillon de nuit

                        sous la jaune précieuse lumière

     

                        Son ânonnante ronde

                             d'enfant née des ténèbres

                        Ombre esclave plurielle

                             tenue serrée en laisse

                                  entre les lampadaires

     

                        Connaîtra pas tes nuits

                                    aux grimaces d'ombres

                        ni les cris de leurs crimes

                             de chat    de chouette

                                  ou de renard

                        Mais croira lire bientôt

                             ce qui s'écrit là-haut

                                  dans les constellations.

     

     

                                                                          poème de Franck Reinnaz (*)

     

    (*) : poéme précédemment paru dans la revue "A l'index".

     

                       


    votre commentaire
  •  

                                  Trêve

     

     

                          Bouches béantes d'ombre

                                                  des barques agonisent

     

                          Les rouilles à leurs flancs

                                                 rongent l'idée du bel ailleurs

     

                          De loin en loin  un souffle

                                                     certifie le silence

     

                          Dévoreuses d'espace

                                            naissent de rondes rides

     

                           La paix du soir infuse

                                            en mon corps animal

     

                           Ma main longtemps hésite

                                                     à relancer le monde

     

     

                                                                          poème de Franck Reinnaz

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

                                      Nous ...

     

                                      ... écopions au matin l'eau

                                                            trouble des rêves

                                      jetions aux poubelles nos

                                                             pages d'ivresse

                                      ruminions longuement des

                                                                 lignes sacrées

                                      lissions les fêlures

                                               d'amitiés heurtées

                                      tissions de nos voix une

                                                               seule parole

     

                                      Mais le vif des mots

                                                s'use au fil des ans

     

                                      Cœurs éparpillés

                                      les uns seront sourds

                                      les autres muets

     

                                                                              

                                                                             poème de Franck Reinnaz

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique