• Patrick Laupin : " Le Dernier Avenir " (Ed. La Rumeur Libre, 2015 )

    Patrick Laupin : " Le Dernier Avenir " (Ed. La Rumeur Libre, 2015 )

     Long monologue ininterrompu d'un poète qui "vide son sac" au fil de cent-quarante pleines pages d'une prose poétique torrentueuse et très imagée, d'une grande unité de ton et de forme, ce recueil n'est pas à lire par bribes mais par longues périodes. Pour favoriser cette continuité, la "phrase", souvent courte, ne se termine pas par un point mais par la majuscule révélant le premier mot de la suivante. Cela réduit les pauses  de lecture qu'induisait la ponctuation.   

     Un homme de longue vie, déballe en vrac son sac de souvenirs, d'illusions déçues, de mélancolie, de tendresse, d'amertume, d'espoirs anciens et de détestations présentes.  J'aime de plus en plus entendre en poésie ce ton de maturité et cette musique du violoncelle de l'âge mêlant  la mélancolie et l'amertume avec la sérénité du naissant détachement  d'un homme ayant                                                               " (...) déjà mis des années à sortir de                           l'illusion d'incarner la détresse" (p.71)                                  et à qui désormais peut  parfois suffire le                  "murmure hanté des choses où le beau                            style silencieux brûle du sacrifice de tout                             ce qu'on n'a pas dit"                            ( p.16 )

    Homme déçu des rêves anciens virant au cauchemar de la médiocre modernité présente et qui se réfugie auprès des choses simples et des êtres proches, dans l'ombre dense de la mémoire, et sans remplacer les anciennes illusions par d'autres contraires et plus à la mode. 

     Dès le début, Patrick Laupin présente son rapport au langage comme ce qui a orienté la vie d'un enfant né chez ceux  qui  n'ont pas la parole et assez vite devenu 

    "(...) l'éternel étudiant des voix qui                                                                                                              persuadent et qu'on ne traduit pas (...)" ( p.11 ).

    Cela fourmille d'éclats sonores, formules denses et lourdes d'un sens à dévoiler, comme  ceci :

    " Je me méfie de la poésie et de sa                                                                                                                     vaine absolution par les signes (...)"       ( p.69 ) 

    "  (...) C'est fini de corriger les erreurs                                                                                                          anciennes des prêteurs sur gage de la                                                                                                              morale (...)"                                        ( p.30 )

    Chacun , à la mesure de ce qu'il est ou de ce qu'il croit être, peut lire ainsi dans ce recueil des lignes qui le troublent et l'interrogent lui-même, comme s'il ne pouvait éviter d'endosser la peau et le masque de celui qui semble apparaître dans le miroir embué des mots.

     Par son ton et ses thèmes, cette écriture me rappelle un peu celle de Lionel Bourg, mais en plus jaillissante et moins maîtrisée. Ce voisin ligérien alterne mêmement dans son œuvre le récit, la prose et les vers.                                      Mes bonnes dispositions à leur égard tiennent un peu à ma familiarité avec le milieu modeste dont ils proviennent et à leur souci commun de lui rester fidèle, sans l'idéaliser (1 ) .                                                                                   Sans cet à-priori bienveillant j'aurai peut-être mal supporté les nombreuses fulgurances peu conformes à ma préférence pour une translucidité mieux équilibrée entre opacité rebutante et transparence banale .                          Peut-être aurais-je fait demi-tour devant ce genre d'obstacle :  

    "Dans le crâne de la chair d'hiver du                                                                                                                       traîneau du verbe les coups reçus                                                                                                                          font mal (...)"                                     (p. 59)  

    Il serait assez saugrenu de réduire ces fréquentes opacités à de la maladresse et un manque de maîtrise du langage chez un poète récompensé pour l'ensemble de son œuvre par le grand prix de poésie 2013 de la Société Des Gens De Lettres ( SGDL). Ceci d'autant plus que cette écriture fut très tôt la sienne en poésie et que surtout elle l'est restée (2).         Dans ses notes sur son écriture, il insiste souvent sur la gangue de silence têtu dont la parole s'extrait avec difficulté : 

    "Pour moi l'écriture ( la poésie, la pensée ) commence avec cet abîme, cette impassibilité du muet, cette question impossible à transmettre (...) Car nous sommes toujours au plus près d'une présence simple, quotidienne, concrète, et en même temps au plus proche de l'inaudible, de l'ineffable " (3)

    Je lis donc dans ces apparentes maladresses mêlées aux réussites, la volonté de "dire quand même" la part rétive de ce qu'on échoue à saisir en soi-même, pour témoigner ainsi de cet effort en refusant la traîtrise de l'habileté.                 Peut-être est-ce aussi l'écho d'une parole prête à tout contre la déréliction de la mutité (4) chez ceux qui sont                " (...) illettrés, n'ont jamais lu un livre, sont                                                                                                          sans syntaxe et mangés tout cru au                                                                                                                        parloir du dieu braillard qui tient                                                                                                                           étal derrière les vitres (...) "       (p. 19)

      Au final, plutôt que séduit, je suis fasciné par cette écriture à voix haute, cette âme houleuse, ce verbe obstiné, cette mine de pépites brutes, comme ce poème cité en quatrième de couverture et par lequel également je terminerai :

    " [...] Dans l'air s'évadent                                                                                                                                      les murs du savoir                                                                                                                                               [...]   Maintenant                                                                                                                                                      il n'y a plus que moi qui porte le                                                                                                                       visage fatigué de maman Je suis                                                                                                                              sans nouvelles de notre vie d'avant (... )"  (p.41)

     

                                                                                                                              Franck Reinnaz

     

    (1) : Raison finalement assez voisine de celle par laquelle Lucien Wasselin explique en partie son estime pour la poésie de Patrick Laupin ( voir sur le site Texture de Michel Baglin, www.revue-texture.com ,  son texte recensant les "Œuvres Poétiques 1 et 2" de cet auteur parues aux éditions La Rumeur Libre en 2012)                                                          (2) : Tout au plus peut-on dire que l'écriture semble un peu moins fulgurante dans ce recueil ancien où je le découvris : "Ces moments qui n'en font qu'un" ( Ed. Ubacs 1985 ).                                                                                          (3) : dans "Les visages et les voix", Ed. Comp'Act 2001 , p. 13 à 16 ( réédité par la Rumeur Libre en 2008 )                   (4) : C'est à dire l'incapacité à parler...vraiment , avec la ressource d'un riche vocabulaire et la maîtrise de la syntaxe, et de se "déboutonner" sans le paravent des clichés ou des banalités braillardes...

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :