• PATRICK DA SILVA : " METAIRIE DES BROUSSAILLES " ( Ed. CHEYNE 2000 )

    PATRICK DA SILVA : " METAIRIE DES BROUSSAILLES " ( Ed. CHEYNE 2000 )

         Avec ce texte alternant proses et vers, Patrick Da Silva se livre à un brillant exercice d'équilibre aux limites étroites de la translucidité poétique: Toujours on croit le sens en instance de dévoilement mais toujours il s'esquive sous une brume légère mais tenace. 

         Au final, il me vient l'impression d'une longue et indéchiffrable parabole:

    " Crânement                                                                      Agrippé aux revers des naufrages,                                       Toujours un lazaret.                                                            Toujours une provende                                                           Dans le ventre tari des besaces.                                                     Les sentiers en débacle,                                                         Toujours un ermitage.                                                           Toujours Quelque part dans les brandes,                                     Un trésor                                                                                  Sous la bauge d'un roncier (...) "     ( page 49 )

          Encore faut-il savoir ne pas lasser avec cette promesse d'éclaircissement éternellement reconduite, et c'est ici qu'œuvre la musique des mots et leur allure si fière qu'on ne peut que les suivre.

         C'est ainsi qu'on pourrait comprendre ( enfin ! ) ces quelques lignes où le principe de cette écriture semble se dévoiler :

    " Convoqué de la sorte, par état, à l'inquisition                                                                                                       des béances, il voudrait pour le moins en adoucir                                                                                                    les plaies. C'est pourquoi, bien que les floraisons                                                                                                         du verbe lui soient irrévocablement sibyllines, il                                                                                                   consacre son crédit entier de patience à en gagner                                                                                            l'intimité ; toute sa méticulosité à y infuser en                                                                                                     mode mineur une solution harmonique (...) "  ( page 40 )

     

                                                                                                           Franck Reinnaz

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :