• Patrick Argenté , l'étrangeté étrangement familière

     

    Contrairement au philosophe, le poète pourrait faire sienne cette phrase d'un célèbre ancien président de banque centrale : " Si vous m'avez compris, c'est que je me suis mal exprimé ". En effet, les poèmes ne sont pas reformulables,    il nous manque la compréhension d'un sens univoque et cohérent que nous saurions redire avec d'autres mots.          Mais il n'y a d'authentique poésie que si cette singularité non reformulable n'est pas obtenue par les facilités du verbalisme abscons ni du minimalisme aride. 

    C'est heureusement ainsi, ni délirant ni sèchement hermétique, que Patrick Argenté chantonne sa musique poétique, fluide et toute d'ambiguïté. Comme le suggère l'étrange familiarité de leur étrangeté et la sobriété de leurs métaphores, la constante ambiguïté de ces poèmes n'est pas un voile derrière lequel prétendrait s'esquisser la présence de l'outre-monde d'une transcendance(1). Ce que le lecteur devine dans le miroir embué de cette poésie, c'est l'image trouble de son monde quotidien :

    "comme si dans le miroir même                                                                                                                             on trouvait pendu à son cou                                                                                                                                  un autre soi-même                                                                                                                                            (...)"  (2) 

    D'une simplicité de bonne tenue, ses vers posent quelques touches aux liaisons ténues, esquissant un incomplet tableau pointilliste qui restera en suspens: 

    " Typhon portant sur l'œil et les mâtures                                                                                                                    et le tremblement des mains et des terres sombres                                                                                            comme il fait nuit soudain                                                                                                                                    (...) (3) 

    Juger que le poème doit marier étroitement l'étrange et le familier suggère qu'il doit nous donner l'impression analogue à celle d'un mot qu'on dit avoir sur le bout de la langue: On en sent la présence proche, mais on ne sait le nommer.           Il ne faut pas mésestimer la difficulté d'une écriture mariant avec bonheur le familier et l'étrange: Délicat dosage d'ombre et de lumière, la peinture d'autres poètes moins habiles ne nous présente souvent que transparence banale ou brutale opacité ( "lire le rien" ou "ne rien lire" ! ).

    Depuis son premier recueil, la forme d'écriture de Patrick Argenté manifeste une grande constance: Des poèmes plutôt courts ( rarement plus de une page), en vers libres.                                                                                              Pour éviter la monotone scansion assoupissante des vers, ceux-ci sont irréguliers et leur découpage est souvent discordant avec celui des unités de sens, pour qu'ils sautent vers la ligne suivante sans marquer une pause.

    Cette manière d'écriture oscille entre deux extrêmes de valeurs poétiques inégales :  

    - soit que le saut trouve son repos dans le vers suivant qui est trop clairement le complément du précédent, et cela peut sembler une prose poétique artificiellement découpée.    

    - soit que le saut du vers précédent rate l'appui du vers suivant, lequel s'en distingue trop résolument; et la répétition du procédé dans le poème entretient une sorte de léger vertige très poétique: 

    "Cette fois le soleil est plus présent                                                                                                                        que de coutume comme si

    le rocher plus rond plus luisant                                                                                                                            comme si lassée la mer avait

    le sable aussi a son aveu et                                                                                                                                    sa perfection presque

    (...)"  (4)

    Chez Patrick Argenté, la constante étrangeté, qui nimbe heureusement ses textes d'un voile éminemment poétique, atténue malheureusement la force émotionnelle de poèmes au lyrisme très contenu, dont la plupart pourraient nous dire avec cet autre:   

    " Nous n'avons pas goût du malheur                                                                                                                        ni du drame ni des échos                                                                                                                                     sourds des cloches et du lointain                                                                                                                         nous nous contentons du jour                                                                                                                                 de la main de l'air                                                                                                                                               entre les phalanges                                                                                                                                                 et de la transparence du pas                                                                                                                                 (...)  (5)

    Sa vie intime ou celle de "ses personnages reste très discrète et le potentiel émotionnel de leurs rares expositions est émoussé par manque de netteté, comme si l'émotion et l'étrangeté étaient inconciliables.                                         Sauf peut-être en de rares exemples:                                                                                                  

    " Tu ne sais vraiment si c'est toi                                                                                                                        toujours courant la bouche ouverte                                                                                                                 assoiffé buveur d'encre âme de poussière                                                                                                                et d'errance et si tu adhères au sentier                                                                                                                    ou perds tes yeux                                                                                                                                                  (...) (6)

    Bien qu'illustrant cette règle qui veut qu'un poète s'imaginant révéler son intimité ne dévoile souvent qu'une ombre illisible, raturée et gommée à force de concision, d'ellipses et de métaphores, il est possible que l'auteur s'étonne de ma cécité, à moins que lui-même ne voie là qu'une confusion entre poésie et littérature.                                            Lecteur assidu de poèmes et de romans, j'ai peut-être tendance à chercher aussi dans les romans l'étrange musique des mots et dans les poèmes la participation empathique.

     

                                                                                                                         Franck Reinnaz

     

    (1) : La rareté des abstractions et oxymores en est un autre signe.                                                                         (2) : dans " Ernestine ou Julie " ( Ed. Manoirante 2010 )                                                                                          (3) : dans " Œil effaré plume et les dents " ( Ed. Manoirante 2009 )                                                                        (4) : dans " Tout ton cinéma " ( Ed. Jacques André Editeur 2014 )                                                                            (5) et (6) : dans " Les jours lâchent leurs porcelaines" ( Ed. La Part Commune 2006 )

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :