• Paol Keineg : " Mauvaises langues " , ( Ed. Obsidiane 2014 )

     

    A la mi-automne 2014, les éditions Obsidiane ont édité " Mauvaises langues " de Paol Keineg. Ce recueil comprend un seul ensemble de poèmes sous le titre de " Journal de deux années ".Paol Keineg : " Mauvaises langues " , ( Ed. Obsidiane 2014 )

    Semés de considérations abstraites, souvent énigmatiques, suscitées par ( ou mêlées à ) des détails matériels très concrets, il ne manque que les dates à ces poèmes en prose versifiée pour devenir les bornes du journal d'un homme âgé, souvent ironique et parfois amer.

    Le ton se fait vif et tranchant pour déplorer ou brocarder d'un trait inattendu :  

    - la déchéance de la Bretagne, sinon même sa déréliction ( déclin de la langue bretonne, brutalité de l'agriculture industrielle, dégradation des paysages, etc. ) dont ceux qui en bénéficient, ou s'en satisfont, "vivent dans un  enfer bien à eux". ( page69 )                       - la vacuité des théories et idées générales                                                                    - le déclin des langues

    Plus nostalgiques, les souvenirs ponctuent les pages de ce journal pour évoquer le long séjour américain , et surtout les êtres chers disparus:

    " La fin des corps n'est pas la fin de l'amour,                                                                                                            les fantômes qu'on touche du front dans le miroir                                                                                                    creusent dans nos corps                                                                                                                                           ils feignent de ne pas voir les vieilles peaux                                                                                                         ( ... )           

    et quand je me souviens des mots tendres                              

    le poil de mes bras se hérisse                                                                                            ( ... )                                                         ( page 38 ) 

    Seuls les chants d'oiseaux, très présents, apportent une note de fraîcheur à ce tableau assez sombre, même si leur mention est, comme l'ensemble, abrupte et sans fioritures.

    La poésie n'est pas épargnée par cette désillusion morose, ce sentiment d'une radicale absurdité de l'existence que l'approche du grand âge avive souvent, particulièrement chez certains qui vécurent auparavant d'une vie flamboyante. Pourtant le poète continue "de perdre [son] temps aux conneries poétiques" ( page 10 ), et pas seulement par habitude puisqu'il se reconnaît mauvaise langue quand il brocarde ainsi la poésie qui " ne soulage de rien " ( page 61 ) :

    " plutôt monter en mauvaise graine                                                                                                                           et parler mal de son art                                                                                                                                          que de croire en sa perfection.                                                                                                                             Parler mal libère,                                                                                                                     ( ... )                                      ( page 77 )

     

    Bien que les mots deviennent plus rétifs, persiste en sa teneur existentielle le désir initial qui l'avait mis en branle, et malgré le dessèchement progressif de l'expression, le ressort de la parole poétique conserve un peu de force par refus du " supplice de la prose qui ne danse pas " ( page 42 ):

    Malheureusement, si les condensations et disjonctions, génératrices de mystère, maintiennent à la plupart des textes un caractère poétique, la plupart de ces proses ne dansent guère à mes yeux. Trop sèches, peu imagées et peu musicales.

    Si ce recueil était d'un blanc-bec iconoclaste, un de ces chiots savants qu'on voit souvent singer le morose désabusement des hommes d'expérience, il ne m'intéresserait guère.                                                                                              Or je l'ai lu, relu et annoté. Mais pas pour cette mauvaise raison dont je crains qu'elle n'anime inconsciemment nombre de ses lecteurs, et particulièrement en Bretagne : Lire un poète qui marqua des années de militantisme breton et/ou soixante-huitard ;  prestige du nom pour certains et nostalgie pour d'autres.

    Ce recueil me pose d'embarrassantes questions, et je ne sais y répondre :

    - Se vouloir plus qu'un jeu de langage empêche-t-il la poésie d'être une modalité du divertissement pascalien ?

    - La poésie est-elle un remède ou une drogue accoutumante ?

    - L'écriture poétique naît-elle des exaltations ou du mal-être adolescent pour ne se maintenir que par l'élan acquis d'une machine à mots tournant toute seule ou, plus tristement, la routine plus ou moins contrainte d'un métier ?

     

     Et caetera.

                                                                                                                                                                                                                                                     Franck Reinnaz

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :