• Monsieur, fenêtre et signes

     

                                                " Monsieur" 

     

                                   Blanches épaules 

                                        bruns avant-bras 

                                             et les petits qui s'en amusent 

                                   Dans la fenêtre les herbes fument 

                                   le jour déplie son espace fripé 

                                   les clochers se répondent 

                                                         comme des chiens 

                                   Lui d'une lame râpe sa joue  

     

                                   De la fenêtre le jour déborde 

                                   Du doigt le chemin montre 

                                                   là d'où le facteur vient 

                                   Lui main levée dessine 

                                             des signes lents d'anciens savoirs 

                                   et les petits qui s'en étonnent 

                                        n'aiment de leur foyer 

                                             ni l'ombre morte 

                                             ni la suie grasse  

     

                                   Là où le facteur va 

                                        l'espèrent des fermes 

                                        des femmes aux fenêtres 

                                   Mais lui dans le miroir 

                                        se redonne un visage 

                                             qu'on appellera "Monsieur"

     

     

                                                                                                     Poème de Franck Reinnaz


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :