• Mireille Fargier-Caruso : " Un peu de jour aux lèvres "

     

    Dans la profusion de recueils ou plaquettes paraissant chaque année, la critique en poésie peut s'offrir l'agrément de l'inactualité, comme le lecteur et pour les mêmes raisons : Longeant plus ou moins distraitement la berge du flux poétique, on a parfois le plaisir d'y voir briller une pépite nous attendant depuis quelques années.Mireille Fargier-Caruso : " Un peu de jour aux lèvres " ( 1 )

    Mireille Fargier-Caruso a fait paraître en 2010 aux belles éditions   Paupières de terre le recueil " Un peu de jour aux lèvres".

    Il n'est pas si fréquent de lire d'épais recueils de poésie en grand format et qui ne soient ni des anthologies ni des rassemblements d'œuvres déjà publiées. Ce sont ici 150 grandes pages meublées de longs poèmes découpés en nombreuses strophes, mais ce ne serait pourtant pas grand-chose si chaque strophe ne pesait pas elle-même son bon poids de poésie authentique et roborative. Ce n'est donc pas ici de la poésie de sansonnet.

    Une langue sans aspérités, une parole fluide et de longs poèmes de longs vers assez réguliers, abondant en évocations de la nature et surtout de moments de vies humaines : Cela pourrait "de loin" suggérer de la prose versifiée, et ca l'est par moments, mais c'est surtout de la poésie dont le sens s'esquisse toujours assez nettement sans toutefois se dévoiler vraiment. Cette translucidité résulte de métaphores jamais absolument claires, de disjonctions(2) déstabilisantes et d'abstractions troublantes.    De strophe en strophe, cette poésie nous soumet à l'incessant balancement entre le présent et le passé, le concret et l'abstrait, l'espoir et la désillusion, les humeurs claires et les sombres, les couleurs vives de la jeunesse et l'ombre grise d'une vieillesse qui s'annonce : 

    " il a fallu la légèreté du poème le vibrant rouge des œillets                                                                                         pour ne pas seulement faire quelque chose du malheur                                                                                            apprendre à se réconcilier chaque nuit écouter la mer sur des lèvres                                                                            inconnues cœur brûlé si loin de l'écrin des villages d'enfance"                                                                                     (...)               ( page 63 )

    Tout s'articule autour d'un deuil, suscitant l'évocation des souvenirs d'une sensuelle jeunesse désirante/désirée et d'une enfance émerveillée qui se bousculent et se mêlent au présent plus sombre et morose, le tout étant souvent vécu ou revécu comme d'une unique et fourmillante actualité :

    " un émoi si vif à vaciller un cri dans l'herbe dépliée comme un drap                                                                            nulle ombre encore sur la nuque migration des caresses sur la peau                                                                         lèvres entrouvertes dans l'allégresse de juillet ce feu où tu te perds                                                                              comme une émeute en toi cet au-delà entre les jambes                                                                                             une musique que tu n'oublieras plus "                                                                                                 (...)               ( page 29 )

    Derrière cette profusion de lieux, d'êtres côtoyés, de situations, de sentiments et de paysages, l'acteur central me semble être le temps et sa fuite irrémédiable dans la dérive lente vers la vieillesse du corps, avant celle de l'âme, cet état désormais si concrètement proche et qui n'eut longtemps que l'apparence abstraite d'un horizon :

     

    "un jour le corps n'obéit plus il résiste à l'âme la ramène pas à pas                                                                                à son petit tas d'os et de muscles rouillés on ne peut plus                                                                                           penser à autre chose le naufrage annoncé on est devant                                                                                          (...)   "                ( page 103 )

    Dans l'ensemble du recueil, l'évocation du vieillissement se dit avec plus de modération et la tonalité générale est plutôt mélancolique, de cette mélancolie sans amertume colorant les années qui se révèlent souvent comme le bref bel âge en poésie, quand la maturité bascule doucement vers la vieillesse (3).                                                                            Ce recueil en donne un séduisant exemple. 

     

                                                                                                                              Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) : Editions Paupières de terre  2010                                                                                                                                               ( 2 ) : c.a.d "coq à l'âne", changement brutal de thème , ici sans ponctuation ni transition.                                                                           ( 3 ) : C'est à dire avant d'être vraiment vieux, quand tout peut se dire dans l'authenticité d'une parole mélancolique, sans masque mais sans ostentation .                                                                                                                                                                                          Mais certains sont vieux très tôt, du moins "en esprit", si l'étouffant sentiment de l'absurdité de tout les écrase ou les englue avant même la décrépitude du corps.

     

     


  • Commentaires

    1
    mireille FC
    Mardi 29 Mars 2016 à 11:56

    merci  pour votre lecture attentive

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :