• Mathias Lair : " Ainsi soit je " ( Ed. La Rumeur Libre , 2015 )

    Mathias Lair : " Ainsi soit je "  ( Ed. La Rumeur Libre , 2015 )    

         Mathias Lair a exercé la psychanalyse et préside la commission poésie de la Société des Gens de Lettres ( SGDL ) . Il a publié des récits, fictions et essais ainsi qu'une demi-douzaine de recueils de poésie. 

    Débutant par un texte en prose, ce recueil de poèmes versifiés frappe d'emblée par ses vers déchiquetés: quasiment tous coupés de façon très perturbante, leur lecture n'est pas une partie de plaisir. Cette forme d'écriture se retrouvait déjà dans son recueil " Inzeste " ( Ed. Gros Textes , 2010 ) dont les thèmes voisinent avec ceux de ce dernier recueil. 

    Dans le texte préliminaire, qui n'est pas une introduction mais dessine néanmoins les contours troubles d'un parcours d'âme endolorie, l'auteur dit dès la première ligne " Je veux raconter " mais affirme dans cette même première page que le racontage n'est pas son élément. Est-ce à dire que cette poésie d'expression sème ses "cris" d'allure incontrôlée ( faussement incontrôlée ? ) comme le petit poucet ses cailloux pour dessiner un chemin, ou comme le peintre pointilliste ses points pour qu'à la fin un tableau se présente à nous, lecteurs ?

    Si nous en restions à la lecture du seul premier ensemble de poèmes, nommé " Hors stase ", et si nous ne connaissions rien de l'auteur ni de son œuvre passée, ce tableau semblerait plus proche d'un Rorschach (test de) que d'un Seurat. Le sens que nous lui donnerions ne dévoilerait que nous. Preuve de poésie ?

    " Pour ça jeter par-dessus                                                                                                                                   bord toutes                      les cargaisons                                                                                                                 liens si peu                      substantiels                                                                                                                       à nu                        courir au plus "    (p. 18 )

    Pourtant, si le travail sur le langage et l'expression vive et dense d'une subjectivité inscrivent bien cette écriture dans l'ordre de la poésie, sa visée n'est pas esthétique ni formaliste et son intérêt semblerait mineur si nous ne pouvions espérer ne serait-ce qu'un début de dévoilement du sens de ces poèmes.  

    Mais nous savons le passé de psychanalyste de l'auteur et nous en connaissons de précédents écrits, comme le recueil "Inzeste"(1) ou le récit "La chambre morte" (2). Cela nous parle d'une mère étouffante/épuisante, "fomenteuse d'une passion ambigüe" (3) et du long parcours de précaire émancipation du fils. Cela nous parle d'Œdipe. 

    Nous comprenons alors que la prose des premières pages (4) "raconte" les moments-clés de cette histoire, bien que dissimulés sous l'ombre dense du texte. Texte au dessein très ambigü puisqu'apparemment voué à l'éclairage des poèmes qui suivront, mais incapable de renoncer à sortir lui même de l'ombre qui les voile.                                                      Le mot-titre de cette prose, "Homoncule", nommait autrefois un être minuscule que les sorciers prétendaient fabriquer, et de nos jours un petit homme, un avorton. Il nomme ici le petit être dont sort l'homme comme l'arbre "sort" de la graine.                                                                                                                                     

    Les poèmes des ensembles suivants sont moins hermétiques et semblent se référer à des moments vécus par l'homoncule dont "sortira" l'homme, après naissance, croissance, enfance, émancipation et progressive affirmation de soi, cette si lente (re)naissance. Il est souvent difficile de n'être pas troublé ou ému quand, lisant ces poèmes, on croit deviner les moments intimes ou pathétiques qu'ils évoqueraient, comme ci-dessous l'allaitement du nourrisson : 

    " j'imagine elle                                                                                                                                                      n'a pas voulu que             je morde                                                                                                                         la garce me                     retirait                                                                                                                            le téton              avec me                                                                                                                                     frappait              pas de                                                                                                                                violence             criait-elle                                                                                                                                     fallait que           je file                                                                                                                                           doux déjà [...]  "                                    ( p. 49 )

    Je ne peux comprendre ce passage que comme la reconstitution imaginaire d'un moment dont l'auteur aurait , tout au plus, des raisons indirectes d'en concevoir l'occurrence, tout souvenir direct semblant exclu, lequel aurait, de toute manière, subi le travail transformateur du temps, comme l'arbre issu de la graine. Il en est plus ou moins de même pour beaucoup des poèmes.                                                                                                                                            Par ailleurs, à ces reconstitutions imaginaires de ces faits d'un passé dont on il ne reste que des témoignages indirects et incertains ou des souvenirs très incomplets et très vagues, se superposent des interprétations de ces faits :

    "  dans quelle main          l'être                                                                                                                          étranglé                          pas                                                                                                                             d'air pour lui                                                                                                                                                            -                             devra                                                                                                                                 sucer le              goutte à                                                                                                                                goutte octroyé rien d'autre            ainsi fait                                                                                                               il l'apprentissage                          de la cage "     ( p. 54 )

    La mention de cette cage et de cet apprentissage outrepasse ce qui précède et signe une interprétation, comme il en est en plusieurs autres passages ( la "chair mam à cannibaler" en page 59 ,  le "naja lové dans les lombes" en page 61, etc.).  J'ignore si l'ensemble de ces interprétations "fait système" travaillant souterrainement le texte , système qui se situerait quelque part entre psychanalyse et mystique orientalisante de l'énergie vitale, bien que l'auteur affirme la naïveté et la spontanéité des mots  qui s'offrent à lui et dont l'aspect déchiqueté des vers cherche à reproduire le bouillonnement:

    " Et l'é                                                                                                                                                                 cri ne               peut                                                                                                                                           être que                                                                                                                                                          cette parole      sciée                                                                                                                                           laisse à            vif                                                                                                                                               une pulsation                                                                                                                                                      follement bouillonne "   ( p. 73 )             

     

                                                                                                     Franck Reinnaz

    (1) : Ed. Gros Textes 2010                                                                                                                                                                                   (2) : Ed. Lanskine 2014                                                                                                                                                                                    (3) : Selon les termes de Jean-Paul Gavard-Perret dans son analyse de "La chambre morte", sur le site www.salon-litteraire.com                                   (4) : L'article de Mathias Lair "Lettre à Patrick Laupin à propos de Ravins " semble une version antérieure de ce texte préliminaire ( www.lelitteraire.com )

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :