• Marie-Anne BRUCH : " Ecrits la nuit, suivi d'Ecrits d'amour " ( Polder , 2014 )

     

    Marie-Anne BRUCH : " Ecrits la nuit " ( Ed. Polder , 2014 )

     

         La collection de poésie Polder est coéditée par la revue Décharge et les éditions Gros textes ( 1 ).

    Ce recueil de poèmes de Marie-Anne Bruch, 163ème de la collection, comprend deux parties, comme l'annonce le titre.

        Encore une fois, il s'agit de prose versifiée : Chaque courte strophe se présente comme une phrase découpée en vers, soit pour arborer son visuel habit de poésie, soit pour en ralentir la lecture, lequel ralentissement serait présumé valoriser la valeur poétique du texte.                   Pour ma part, je suis ici peu sensible à ces raisons et ne peux m'empêcher de lire ces strophes d'une seule traite, comme des phrases de proses usuelles.

        Le langage n'y étant que modérément imagé, le sens de ces phrases reste donc très accessible, mais de l'une à l'autre ( c'est à dire d'une strophe à l'autre ) le lien est souvent ténu ou distendu et la pause entre strophes "creuse" utilement cette distance, ce déphasage.               C'est dire que si je préfère lire les strophes comme des phrases, d'une seule traite, je marque nettement la pause entre celles-ci. Quant à l'unité du poème, compte-tenu de la relative indépendance des strophes, elle me paraît très secondaire devant l'unité de l'ensemble dont il fait partie et qui est Le poème ( "Ecrits la nuit" ou "Ecrits d'amour" ).       Je lis donc chacun de ces deux longs poèmes comme une succession de courtes phrases séparées par des pauses assez marquées laissant à chacune le temps de résonner en moi, processus à vertu hypnotique comme l'écoute d'une source égrénant lentement ses gouttes dans un bassin sonore ou bien à vertu thérapeutique:                                         " J'attendais                                                                                                                                                               le goutte à goutte                                                                                                                                                   d'un poème " ( page 6 )

       Le poème "Ecrits la nuit" nous parle d'une insomnie sereinement triste.                                                                       "Ecrits d'amour" égrène des souvenirs d'un amour perdu, d'un homme encore aimé et dont l'abandon interroge encore :  " Pourquoi                                                                                                                                                        avais-tu pris                                                                                                                                                      mon pire masque                                                                                                                                                  pour mon vrai visage ? "     ( page 59 )

    " Fuyais-tu de moi                                                                                                                                                  la part véhémente                                                                                                                                                  ou la part aimante ? "         ( page 60 )

        L'usage exclusif de l'imparfait comme temps de narration se justifie probablement par le besoin de marquer la distance entre la charge d'émotions des situations évoquées et la froideur clinique des formulations pourtant exprimées à la première personne.                                                                                                                                        Comme si le sujet pouvait sortir de lui-même et s'observer froidement depuis l'autre côté du miroir :                               " La nuit                                                                                                                                                                   était sans tain "     ( page 11 )

                              

                                                                                                           Franck Reinnaz

      

    ( 1 ) : Collection pilotée par Claude Vercey.

    Comité éditorial : Yves Artufel, Alain Kewes, Jacques Morin et Claude Vercey. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :