• La sortie de l'acteur.

     

    Une semaine entière sans vivre en bordure de forêt le lent déclin de la lumière, ni l'incessante mue des motifs qu'elle vivifie en les rasant, ni le bref moment où elle franchira la lisière pour pénétrer le sous-bois avant de s'éteindre, ni la reprise d'un concert de passereaux qu'un geste trop visible ou trop bruyant avait interrompu, ni la montée d'adrénaline quand un bruit discret promet l'arrivée d'une bête espérée, ... C'est trop !

    C'est trop, même en saison de chasse. Seule la proximité d'une battue bruyante pourrait me dissuader.

    Ce soir-la, alors que j'entamais dans mon affût l'arrivée de la dernière heure de jour, la plus propice pour ma chasse ... photographique, des aboiements de chiens et des détonations franchirent la colline d'en face.

    J'en vis ensuite venir ce cerf à l'allure lente et comme dédaigneuse, qui s'arrêta deux secondes, se retournant vers la menace.

    Le soleil couchant illuminait sa face, ainsi qu'un projecteur un visage d'acteur attendant mes applaudissements pour quitter la scène. 

     

                                                                                                                                      Franck Reinnaz


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :