• La fente

     

      

                                           La fente

     

     

                                  Des qui gueulent

                                       ou bien pleurent

                                            ou bien rient

                                  pour pas que les étouffe

                                       la nuit.

     

                                  Des qui s'esquivent

                                       rasant les murs

                                  Ombres dans l'ombre

                                       cherchant la fente

                                            vers le jour.

     

                                  Des qui s'enfoncent

                                       au plus sombre

                                  pour mieux y fondre

                                       et devenir

                                            la nuit.

     

     

                                                                                                        poème de Franck Reinnaz

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :