• L'habit de poésie

        

         Je m'interroge souvent sur la raison de la versification d'un poème en vers libres qui me semblerait aussi bienvenu sous forme de prose.

    Ainsi, valait-il mieux écrire ceci ? (1) :                   ...plutôt que cela ? :

    " face à ce qui est                                                 " Face à ce qui est, on ne triche ni ne dort. On attend le temps. "

      on ne triche ni ne dort                                                   

      on attend le temps "

    Si la version versifiée ne me semble pas poétiquement plus forte, je vois bien, par contre, que la modulation visuelle qu'elle implique la revêt plus ostensiblement de " l'habit de poésie " et que cela peut influer sur la qualité de mon écoute, ma lecture. Comme si par l'immédiateté de son apparence versifiée le poème m'avertissait : " Ceci est de la poésie, ne cherchez pas à comprendre, laissez vous balancer par la musique des mots".

         Les pauses du langage oral ordinaire peuvent servir à la modulation sonore du poème mais leur fonction première consiste à favoriser la compréhension des paroles, en séparant plus ou moins nettement les unités de sens.       Cette fonction première des pauses, je choisis de la nommer "modulation sémantique".                                             Dans le langage écrit, l'équivalent de la pause du langage oral pourrait être l'espacement ( intra-ligne ou inter-ligne ), mais la distinction est plus évidente entre deux signes de ponctuation qu'entre deux largeurs d'espacement. De plus, la ponctuation économise de la surface de papier et ceci n'est probablement pas étranger à son succès pour l'écriture du langage ordinaire.                                                                                                                                             Si la ponctuation est l'outil le plus efficace pour la "modulation sémantique" et si les poètes écrivant en vers libres renoncent pourtant souvent à cette ponctuation pour n'user que des espacements, c'est peut-être parce qu'ils ne visent pas la transparence du sens, mais au contraire l'étrangeté, l'ambiguïté, le mystère, le trouble, le halo, c'est à dire une translucidité poétique intermédiaire entre opacité et transparence, et que ceci s'obtient surtout par l'extrême condensation et même l'incomplétude des expressions.

         Avec cette idée en tête, j'ai relu des poèmes et il m'est apparu que les pauses des poésies en vers libres et sans ponctuation assumaient l'une et/ou l'autre des sept fonctions suivantes:

    Une fonction pour laquelle l'usage de la ponctuation serait plus pertinent:                                                                    

    - la modulation sémantique ( voir ci-dessus ) .                                                                                                                                    

    Trois fonctions pour lesquelles l'usage de la ponctuation serait possible mais moins pertinent :       

    - la modulation sonore pour la lecture orale ( c'est à dire : " l'habit de poésie " pour l'oreille )                                    

    - la résonnance du mystère, quand l'incomplétude ou la contradiction des expressions freine leur compréhension et que l'auteur veut laisser le temps au doute, à la surprise, à l'interrogation de s'imprimer en notre esprit, cette machine à interpréter. Cette résonnance demande des pauses plus longues que celles induites par la ponctuation, surtout pour une lecture mentale muette pour laquelle la ponctuation assure la modulation sémantique sans nécessiter de marquer nettement les pauses ( raison pour laquelle nos écoutes de lectures orales de poésie sont souvent gênées par une diction trop rapide ).                                                                                                                                                      Par exemple ce poème de Antoine Emaz (2):

       " vague levée de mémoire

         sans menace

         masse d'eau passée et repassée

         lessiveuse d'images

          essorage aussi

          reste une tresse de vie

         sèche

         scalp  "

    - la représentation d'une parole désordonnée quand le poète laisse surgir les mots sans la maîtrise d'un vouloir-dire, sous  l'emprise d'émotions vives ou par soumission à un automatisme verbal. 

    Trois fonctions pour lesquelles la ponctuation serait inadaptée :  

    - la modulation visuelle pour la lecture mentale ( " l'habit de poésie " pour l'œil )   

    - la perturbation de la lecture, quand l'auteur veut à toute force, avec d'anarchiques sauts de ligne, interdire au lecteur la routine du langage ordinaire.                                                                                                                              Ainsi de ce poème de Kenneth White (3):                                   

       " bouillonnements blancs des vagues                                                                                                       

                                confusion des commencements 

                      dissolution et amplitude

                                         le vide est plénitude                                                                                                        

           et les goélands

                   font jaillir leurs cris spontanés "

    - la représentation de l'hésitation du poète, son incertitude sur ce qui cherche à se dire, sa difficulté à s'exprimer quand il cherche à transmettre une expérience intime presque indicible.

     

          Au final, il apparaît que si l'usage du vers libre sans ponctuation peut parfois n'être qu'un artifice assez dérisoire      ( " l'habit de poésie "), il se justifie souvent pour des poésies renonçant à la maîtrise d'un vouloir-dire.

         

                                                                                                                   Franck Reinnaz

     

    (1) : Antoine Emaz , page 158 dans " De peu "  ( Ed. Tarabuste , 2014 )                                                                                                       (2) : Antoine Emaz , page 278 dans " De peu "  ( Ed. Tarabuste , 2014 )                                                                                                                  (3) : Kenneth White , page 129 de " Un monde ouvert " ( Ed. Gallimard 2009 )                                                                                          

                           


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :