• Jean-Luc Sarré : " Autoportrait au père absent " et " Bât. B2 "

     


    Jean-Luc Sarré : " Autoportrait au père absent " et " Bât. B2 "

         A la fin des années 2000, je découvrais Jean-Luc Sarré dans ses recueils " Bât. B2"     ( Ed. Farrago, 2006)(1) et  "Auto-portrait au père absent" (Ed. Le Bruit du Temps, 2010).

    Deux recueils de proses versifiées, narratives-descriptives de souvenirs ou surtout de scènes vécues d'un quotidien très ordinaire dans les marges citadines, s'éparpillant en digressions, réflexions et coqs à l'âne, de significations apparemment très accessibles et pourtant semées de formules allusives énigmatiques dont on imagine les allusions transparentes pour qui ferait partie de l'histoire qui se joue là :

    "(...)                                                        notable empesé du delta,                                                                                                                                passeur d'une rive à l'autre, enfin !                                                                                                                      puis au matin, derrière les touches,                                                                                                                      rejeton d'un clavier douteux,                                                                                                                          crasseux magnolia déclassé.                                                                                                                                      (...) "                                         (  Bât. B2, page 18 )

     

         Dans ses poèmes, Jean-Luc Sarré se présente en braconnier dont l'arme est le regard et dont le regard est requis par la poésie :

    " Sans doute pourrais-je abjurer la poésie                                                                                                                     si ce n'était par là abjurer le regard "                       ( "Autoportrait ...", page 68 )

     

         Parfois les textes se font encore plus transparents et deviennent comme des notes de journal. Certains se demanderont alors si sont vraiment poétiques ce vrac de descriptions, réflexions et souvenirs comme ce texte qui semble n'être versifié que pour se revêtir d'un conventionnel habit de poésie. N'est-on pas là plutôt, et seulement, comme dans l'antichambre de la poésie ( 2 ), en présence d'un matériau brut attendant l'opération poétique finale de raffinage dont sortira la substance épurée de la "vraie poésie" ? 

    D'autres préféreront à l'évanescence d'une insaisissable pure poésie, inaccessible comme l'horizon , l'agrément plus modeste d'un "voyeurisme" universellement partageable, consistant à "voir vivre".

    Quant à moi, la vérité poétique me semble dans l'analogon poétique du "rêver vivre"ou même du "rêver voir vivre":       La vie vue s'y présente au travers d'un filtre poétique assez semblable au filtre onirique : Distorsion du temps et de l'espace, fluidité, incomplétude et coqs à l'âne ...

     

                                                                                                                                                               Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) :Cet ensemble vient d'être ré-édité par les éditions Le Bruit du Temps, en deuxième partie d'un recueil comprenant également la ré-édition des "Poèmes costumés", lesquels avaient paru en 2003 aux mêmes éditions Farrago .                                                                                   ( 2 ) : Selon la formule, non dépréciative, de Thierry Guichard dans le magazine mensuel de critique littéraire Le Magazine des Anges" N° 113.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :