• Jean-François Mathé : " CHEMIN QUI ME SUIT " ( Rougerie 2011 )

              Poète très présent dans les revues,           Jean-François Mathé est l'auteur de quinze recueils de poésie parus chez Rougerie, dont ce " Chemin qui me suit " datant de 2011.

    En faisant précéder un nouvel ensemble de poèmes par des extraits de six ouvrages antérieurs, ce recueil permets de constater la permanence de la tonalité d'écriture poétique de l'auteur depuis une trentaine d'années.

    La prose versifiée de ce recueil est généralement en vers libre mais est parfois très habilement métrée et rimée ( en particulier les derniers poèmes).

    Parole dite à voix basse, elle sème régulièrement ses discrètes déraisons ou poétiques extravagances  comme cailloux marquant le chemin d'écriture où " l'ombre reste quand tu t'en vas". (p. 89 ) 

    Dans cette poésie où les thèmes de la mémoire, de la transparence, des vitres et des miroirs sont   récurrents,  l'arrière-plan des tableaux esquissés est d'une campagne  valant surtout pour son espace de vents, de ciel et de lumière. Ceci suggère l'insuffisance d'une existence ordinaire et le désir d'une connaissance plus profonde ou plus authentique du monde et de la vie, mais ne verse jamais dans le mysticisme :

    " les vitres de passage font halte dans notre haleine     le temps d'y prendre brume et âme mais leur trans-                                                                               parence                                                                                                                                                                  glacée les saisit à nouveau rien ne pourra cacher                                                                                                      cet espace que l'on torture avec les questions                                                                                                        sans fin de la neige " ( p. 11 )

    Légère et grave, l'écriture dit la mélancolie d'une mémoire sans amertume, particulièrement dans la partie la plus récente du recueil où se devine un poète entrant en la vieillesse où                                                                                         " D'un verre bu si lentement                                                                                                                                     qu'à la place du vin, le soir                                                                                                                                   au-delà du bord se répand.                                                                                                                                    Qui avait soif de ne plus voir 

    ni l'avenir ni le présent                                                                                                                                           se laisse aller à des regards                                                                                                                                  qui toujours vont au temps d'avant                                                                                                                       aux robes sans corps des placards ". ( p. 100 ) 

     

                                                                                                Franck Reinnaz

     

     


  • Commentaires

    2
    JF Mathé
    Dimanche 17 Avril 2016 à 10:46

    Il semblerait que les remerciements que je vous ai adressés pour votre lecture de Chemin qui me suit ne vous soient pas parvenus vu la mention ci-dessus "Aucun commentaire pour le moment". Je vous renouvelle donc ces remerciements pour votre compte rendu très clair et pertinent de mon livre. J'ai été heureux de le lire et de l'approuver. Bien cordialement, Jean-François Mathé

    1
    JF Mathé
    Mercredi 6 Avril 2016 à 18:22

    Cher Monsieur, je découvre aujourd'hui sur votre blog votre lecture très juste et sensible de mon livre "Chemin qui me suit". Je tiens à vous en remercier et vous encourage à cultiver ce "Petit jour" où naissent les poèmes. Bien à vous, Jean-François Mathé

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :