• Jacques Allemand : "Cadastre" et "Le temps de la spirale" ( Ed. Alidades )

     

    Jacques Allemand : "Cadastre" et "Le temps de la spirale"  ( Ed. Alidades )

     

    J'ai découvert Jacques Allemand dans le 24ème numéro de la revue "A l'index".  Après quoi j'ai lu ses deux recueils parus chez Alidades: " Cadastre" ( 2007 ) et "Le temps de la spirale" ( 2010 ).

    Poésie versifiée, de vers très libres. Libres même de se donner parfois un faux air de prose, et de prose faussement discursive. Car l'histoire que paraissent amorcer les premiers vers explose rapidement, ne nous laissant qu'un kaléidoscope de moments disparates d'une supposée vie transfigurée, avec parfois de brèves échappées vers l'abstraction.     Le sens de ces poèmes toujours s'offre et toujours s'échappe, comme le chat sous la caresse:

    (...) et mine de rien                                                                                                                                      "Qu'est ce qui à part le mystère                                                                                                                              se laisse prendre comme ça en passant ?" "

    Cette écriture souvent mystérieuse, ce puzzle dispersé dont les pièces semblent la transfiguration de moments vécus très concrets dans une vie trimballée sur la mappemonde, n'est peut-être que poétique œuvre d'imagination mais se donne  comme l'anarchie d'une riche mémoire dans cette poésie de l'expression et de la parole, ces poèmes extravertis, sobres en métaphores et parsemés de monologues, interpellations et interrogations.

    Souvent s'entend le violoncelle de l'âge, sourde musique à peine audible, mêlant désabusement, désengagement et mélancolie. Et même quand il semble se taire, on n'en est pas vraiment sûr:

    " ( ...) vingt ans après un enfant fait bouger                                                                                                             la tache d'encre dans le creux de sa main                                                                                                                 et vous oubliez votre sac de courses sur une stèle                                                                                                   ses yeux sont faits pour vous suivre                                                                                                                     dans le blanc des rues                                                                                                                                         pour hisser votre ombre                                                                                                                                        sur le blanc des murs (...) "                                   

          ( "A l'index N° 24 , page 81 )

     

                                                                                                                                                 Franck Reinnaz

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :