• HEDI KADDOUR : "PASSAGE AU LUXEMBOURG" ( Ed. Gallimard 2000 )

    HEDI KADDOUR : "PASSAGE AU LUXEMBOURG" ( Ed. Gallimard 2000 )

     

         "Passage au Luxembourg" est un recueil d'une centaine de poèmes de Hédi Kaddour ayant paru chez Gallimard en 2000.

         Chaque poème est un pavé de quatorze vers non rimés et d'une dizaine de pieds chacun.

         On peut s'interroger sur cette versification puisque tous ces poèmes ne perdraient rien à s'afficher clairement comme prose.

         Certains se demanderont même si c'est bien ici de la poésie, si ne leur suffit ni la forme brève et versifiée ni le désordre des textes changeant sans cesse de direction ( "coq à l'âne" et disjonctions ).

         D'allure alerte et d'humeur souvent gaillarde, chaque poème présente le tableau d'une scène possible: Bien que leurs liens éventuels nous échappent, la coexistence de ces éléments disparates dans un "ici et maintenant" reste crédible.

         Scènes surtout citadines où ce qui importe n'est pas le décor mais les personnages :

    " Les commerçants et les rancunes                                                                                                                       Ont abandonné le pont qui tremble                                                                                                                      Fatigué par les excès du vent                                                                                                                                  Le paysage s'assoit dans sa lumière                                                                                                                          Et quête l'oxygène entre la flamme                                                                                                                        Qui retient les femmes pauvres                                                                                                                           Autour d'un vieux tonneau, et la glace                                                                                                                   Qui pèse sur la roue du moulin. (...) "     ( page 37 )

         Comme pour beaucoup d'autres poèmes, cet extrait isolé valorise l'aspect mystérieux de ce texte et semble ainsi justifier son appellation de poème. Mais pour le lecteur, qui connait déjà le titre du poème ( "Glissement" ) et surtout le titre de l'ensemble de poèmes dont il fait partie ( Pieter Brueghel ), ce mystère peut être moins sensible et donc aussi le caractère poétique, surtout s'il connaît un peu l'œuvre de Pieter Brueghel. 

     

                                                                                                     Franck Reinnaz

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :