• GERARD CARTIER : " MERIDIEN DE GREENWICH " ( OBSIDIANE 2000 )

     

         Le recueil " Méridien de Greenwich " de Gérard Cartier   GERARD CARTIER : " MERIDIEN DE GREENWICH " ( OBSIDIANE 2000 )                                                                              a paru aux éditions Obsidiane en 2000.

    Cinquante-sept poèmes, chacun de quinze vers libres, sous le signe de l'abondance d'impressions-perceptions-réflexions comme de vocabulaire, laquelle abondance est assez habituelle chez les éditions Obsidiane. 

    Poèmes modulés selon la double scansion des passages à la ligne et des majuscules en plein vers marquant un écart avec ce qui précède.

    Ce recueil propose une enfilade désordonnée de brefs aperçus émiettés sur une scène qui ne se dévoilera pas vraiment, semée de brèves réflexions et digressions, notés à l'occasion d'un long séjour en Grande-Bretagne, comme le suggèrent les noms de lieu, les nombreuses citations en langue anglaise et quelques rares formulations plus explicites:

    " Sous la lampe flexible qui grésille Like                                            A blue-black star... je parcours un monde insomniaque                  Vide de dieux et d'herbe Le ciel un lambeau                                       De papier-carbone Et je souffre le désert...                                         Le sud est dressé sur un mur charbonneux Là-bas                         Dans l'entonnoir des toits un pays en échelle                                                                                                               Qui redevient sauvage et t'emprisonne...                                                                                                                           (...) "       (p. 17)

     Les poèmes semblent s'adresser à ce "Tu " qui n'apparait au début que rarement et brièvement, mais qui se fait à la fin plus présent, plus pressant, du poids d'une absence s'alourdissant au fil du parcours.

    J'ai aimé ces ruminations d'un voyageur à l'attention relâchée et l'esprit flottant, comme un peu ivre, et pour qui       " (...) Ce qui sous le ciel versatile                                                                                                                           Ne fut qu'un instant nourrit une éternelle ivresse " (p 73) 

     

                                                                                                             Franck Reinnaz

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :