• Doigts gantés

     

     

                                       Doigts gantés

     

     

                             De vertes verroteries

                                  à hauteur d'hirondelles

                                       crachouillaient leur colère

     

                             L'idiote à la poussette

                             le vieux taiseux courbé

                             l'auto lente et prudente

                                       foulaient les cendres de la Saint-Jean

     

                             Les défis    les disputes

                                       s'arbitraient des fenêtres

                             Jupes plissées

                             Duvets aux joues

                             Avec Johnny dans la radio

     

                             Dans le sursis du jour

                                  des noyers    doigts gantés

                                       en ratissaient les restes

                             Mais on entendait mieux

                                  les mères impatientes

                                  les mobylettes qui peinaient

                                       à ramener les pères.

     

     

                                                                                        Poème de Franck Reinnaz

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :