• Diapason

     

     

                                      Diapason

     

                        Un chien au loin rabroue des

                                                 odeurs vagabondes

                        La lèvre d'une lucarne s'ouvre agacée d'une branche

                        Des langues incontinentes sabordent le silence

                                empoisonnent le soir de mots de violeurs d'âmes

     

                        Ces phrases fanfaronnes

                        Ces sophismes gluants

                        Comme de l'autre que je fus

                             qui buvait assoiffé

                                  l'encre d'idées obscures

                        Je les oublie     Je les renie

                        Butineur maladroit de plus humbles bêtises

                             je tresse au fil des jours

                                  une demeure dans l'ordinaire

     

                        Je sais les vers luisants des

                                                  fermes insomniaques

                        Les buissons à fouetter pour

                                              que gifle un envol

                        La lisière où la lune allume

                                                    un bref tréma

     

                         C'est en vieux chat furtif

                                         qu'animal je survis

                         Absenté de moi-même

                         Sans passé ni futur ni pensée

                         Présence idiote au monde

                         Son buvard à souvenirs

                         Son discret diapason

     

                                                                               poème de Franck Reinnaz

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :