•  


    Jean-Luc Sarré : " Autoportrait au père absent " et " Bât. B2 "

         A la fin des années 2000, je découvrais Jean-Luc Sarré dans ses recueils " Bât. B2"     ( Ed. Farrago, 2006)(1) et  "Auto-portrait au père absent" (Ed. Le Bruit du Temps, 2010).

    Deux recueils de proses versifiées, narratives-descriptives de souvenirs ou surtout de scènes vécues d'un quotidien très ordinaire dans les marges citadines, s'éparpillant en digressions, réflexions et coqs à l'âne, de significations apparemment très accessibles et pourtant semées de formules allusives énigmatiques dont on imagine les allusions transparentes pour qui ferait partie de l'histoire qui se joue là :

    "(...)                                                        notable empesé du delta,                                                                                                                                passeur d'une rive à l'autre, enfin !                                                                                                                      puis au matin, derrière les touches,                                                                                                                      rejeton d'un clavier douteux,                                                                                                                          crasseux magnolia déclassé.                                                                                                                                      (...) "                                         (  Bât. B2, page 18 )

     

         Dans ses poèmes, Jean-Luc Sarré se présente en braconnier dont l'arme est le regard et dont le regard est requis par la poésie :

    " Sans doute pourrais-je abjurer la poésie                                                                                                                     si ce n'était par là abjurer le regard "                       ( "Autoportrait ...", page 68 )

     

         Parfois les textes se font encore plus transparents et deviennent comme des notes de journal. Certains se demanderont alors si sont vraiment poétiques ce vrac de descriptions, réflexions et souvenirs comme ce texte qui semble n'être versifié que pour se revêtir d'un conventionnel habit de poésie. N'est-on pas là plutôt, et seulement, comme dans l'antichambre de la poésie ( 2 ), en présence d'un matériau brut attendant l'opération poétique finale de raffinage dont sortira la substance épurée de la "vraie poésie" ? 

    D'autres préféreront à l'évanescence d'une insaisissable pure poésie, inaccessible comme l'horizon , l'agrément plus modeste d'un "voyeurisme" universellement partageable, consistant à "voir vivre".

    Quant à moi, la vérité poétique me semble dans l'analogon poétique du "rêver vivre"ou même du "rêver voir vivre":       La vie vue s'y présente au travers d'un filtre poétique assez semblable au filtre onirique : Distorsion du temps et de l'espace, fluidité, incomplétude et coqs à l'âne ...

     

                                                                                                                                                               Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) :Cet ensemble vient d'être ré-édité par les éditions Le Bruit du Temps, en deuxième partie d'un recueil comprenant également la ré-édition des "Poèmes costumés", lesquels avaient paru en 2003 aux mêmes éditions Farrago .                                                                                   ( 2 ) : Selon la formule, non dépréciative, de Thierry Guichard dans le magazine mensuel de critique littéraire Le Magazine des Anges" N° 113.

     

     


    votre commentaire
  •  


    Bernard Chambaz : " Etc. "  ( Ed. Flammarion 2016 )     En 2010, " Eté II" de Bernard Chambaz paraissait chez Flammarion, impressionnant pavé poétique de 260 pages grand format, dont le premier volume, paru en 2005, avait reçu le prix Apollinaire.

         Alternant proses et textes versifiés de vers très libres, ce livre exposait les divagations d'un poète sous l'apparence changeante d'une page de journal intime, d'un paragraphe d'essai littéraire ou d'un poème.

         "Tout est dans Tout" pour l'homme de culture, dont les divagations suivent la loi des apparentements analogue à celle des rêves : Telle personne, par exemple, est dotée d'une longue chevelure qui font penser aux algues, celles-ci nous ramènent aux rivières et les rivières nous emportent aux océans des navigateurs, etc.

         Lisant ce type d'écriture, la distance me semble courte et glissante entre deux réactions possibles: Trouver plaisante cette démonstration de culture dans une ambiance de rêve éveillé ou s'agacer de cette intempérance de langue tournant à vide comme par automatisme :

     " comment ça coexiste                                                                                                                                            avec les cimmériens avec Darius avec le sacré                                                                                                          la vieille automobile rouge rangée                                                                                                                      derrière le hangar                                                                                                                                                  la sensation du vent chaud sur ma peau                                                                                                                  le monde entier l'histoire du monde entier                                                                                                              pris dans le poème                                                                                                                                      vibration                                                                                                                                                          gelée de mûres comme les chinois                                                                                                                          les tombereaux de fleurs les équivalences                                                                                                            4000 livres de rose                                                                                                                                            magnolias                                                                                                                                                    mimosas "        ( page 190 )

    Bernard Chambaz : " Etc. "  ( Ed. Flammarion 2016 )

     

         On retrouve la même intempérance de langue dans "Etc." paru en 2016.     Cet ensemble de poème versifiés comprend 5 parties :

    - Par son style et ses thèmes, la partie médiane, intitulée "Dernières nouvelles données du bord de l'océan" pourrait être lue comme une suite à "Ete II" .

    - Dans " Etc. ", brillante et légère bulle de culture, l'auteur aligne les réflexions diverses sur l'usage de cet "Etc." dans la littérature poétique. 

    - "Du Bellay du balai " offre des vers si irréguliers et si libres que ce titre en semble annoncer ironiquement le programme.

    - " La mort de Verlaine " et "Vous avez le bonjour de Robert Desnos" proposent d'intéressantes anecdotes sur les derniers moments puis la mort de ces deux grands poètes. 

     

         Certains lecteurs à qui la concision, les coqs à l'âne et les libertés prises avec la grammaire ne suffisent pas, se demanderont s'il s'agit bien ici de poésie. Comme souvent, face aux "poémes-Flammarion", j'hésite à me prononcer .

     

                                                                                                 Franck Reinnaz

     

     


    votre commentaire
  •  


    Josiane Gelot : "Au désordre du monde" ( Ed. Interventions à Hautes Voix , 2017 )

          Deux fois par an, la revue Interventions à Haute Voix édite un recueil de poésie (1). Ainsi, pour le début 2017, cet " Au désordre du monde" de Josiane Gelot (2).

         Née en 1948, l'auteure vit à Lyon et a travaillé dans le secteur social où elle a, dit-elle, "assuré l'accompagnement de personnes fragilisées par des histoires familiales chaotiques et douloureuses".

         D'emblée, les premiers poèmes annoncent la couleur; celle d'un mal-être dont on ne connaîtra pas les ressorts, bien qu'on se prenne ensuite au jeu de les deviner sous les mots d'un langage qui voile autant qu'il dévoile :               " M'ont donné le prix à payer                                                                                              Silence est l'or !                                                           Misant sur moi croyaient gagner.                                                           M'ont laissée comme ruinée."      ( page 11)

         La suite de ma lecture ne pouvait qu'être influencée par l'annonce de ce malaise, filtre assombrissant des poèmes ultérieurs peut-être plus neutres quand ils rapportent, par exemple, des scènes de rues.

         Malaise peut-être finalement apprivoisé, sinon dominé, mais qui, dans la durée, a laissé sa trace dans le langage ( "un éboulis de vie", "ficelé dans le temps", "pépite de solitude et d'ennui", "l'ombre coule en haillons", etc.).

         D'un langage simple et direct, c'est parfois comme d'une prose versifiée, mais parfois également les vers très libres imposent leurs scansion hâchée, brisant l'élan, comme incertains :                                                                               " Mon silence                                                                                                                                                    Eclaboussé de pluie                                                                                                                                              Par brassées Les gouttes                                                                                                                            Déchirées                                                                                                                                                        Sous les crocs du vent                                                                                                                                  Grelottent à la fenêtre                                                                                                                                       Font ventouses                                                                                                                                                     Sur mon silence défait " ( page 44 )

     

                                                                                                                Franck Reinnaz

     

    (1) : Comité de lecture actuel : Laurent Bayssières, Eliane Biedermann, Eric Chassefière, Guy Chaty, gérard Faucheux. 

    (2) : A commander au prix de 10 euros auprès de : M.J.C de la Vallée, 25 rue des fontaines Marivel, 92370 Chaville.

     

     

     


    votre commentaire
  •  


    Un peu de pub ( Trrrrrrrrrrès exceptionnellement !!! )

     

          Après 136 articles hebdomadaires sans jamais vous signaler sur ce blog l'une des parutions de mes poèmes ( en revues ou plaquettes ) , je m'autorise pour la première fois     ( et probablement la dernière ) à vous informer de la toute fraîche parution de mon mince recueil  intitulé  " Le Chemin"  aux éditions Filosphère ( 48 pages, 9.5 euros ).

     

     

     

     

     

     

     

         Si vous souhaitez l'acquérir, vous pouvez me contacter par courriel en cliquant sur l'onglet Contact dans la case Rubriques, en haut à gauche de la page de ce blog.

     

     

     

     

    Un peu de pub ( Trrrrrrrrrrès exceptionnellement !!! )

     

                                                                                                                                                                Franck Reinnaz

     

     

     


    votre commentaire
  • J'avais connaissance du Gérard Chaliand spécialiste de géopolitiqueGérard Chaliand : " Feu nomade "  ( Ed. Gallimard 2016 )

    et de stratégie, mais j'ignorais qu'il fut poète.                   

    Après trois premiers recueils de poèmes ayant paru dans sa jeunesse ( autour des années soixante ) le poète a semblé se taire pendant quarante années pour ne retrouver la voix qu'avec la vieillesse.

    Il m'apparaît deux raisons possibles pour proposer à votre attention ce "Feu nomade" qui regroupe les poèmes de ces deux périodes.   

    - Pour la poésie des deux premiers ensembles de poèmes dont l'écriture est parfois teintée de surréalisme :                                       "Mes mains portent des saisons figées au bout des sources [...]" (p 50)  Laquelle écriture, plus souvent encore, rappelle la poésie sud-américaine par le chant, l'ampleur, la voix haute, le discursif ... :     " J'ai marché durant des siècles séparé de moi-même                          je suis entré dans les eaux                                                           enlisé sans appui                                                                           mûr à la peine mûr aux coups                                                           je ne suis que ce lâche qui a peur du pillage                                       de voler pour la faim me voilà né voleur [...] "      ( page 29 )

    - Pour l'exceptionnelle complexité et densité du personnage et de la vie de ce bourlingueur inlassable, militant tiers-mondialiste, poète et géopoliticien, qui transparaissent dans les textes et dont l'intérêt peut compenser l'excessif prosaïsme des trois derniers ensembles de "poèmes" ( du moins pour certains lecteurs avides de voyages et découvertes).

    Claude Burgelin, dans son introduction, signale que cet Armémien " fils et petit-fils de ceux qui furent atrocement écrasés, dont le massacre même fut et reste dénié, s'est fait chasseur pour ne plus connaître la douleur du vaincu."( page 14 ).  Le poème de page 91 est l'un des rares à évoquer ce lourd passé.

    Au final, et bien que l'amour ait beaucoup compté dans cette vie dense, malgré son impuissance à changer le cours des choses, ce qui se montre ici est un monde violent où " Tout est régi par la force et la crainte" ( page 142 )

     

                                                                                                           Franck Reinnaz

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique