•  


    Josiane Gelot : "Au désordre du monde" ( Ed. Interventions à Hautes Voix , 2017 )

          Deux fois par an, la revue Interventions à Haute Voix édite un recueil de poésie (1). Ainsi, pour le début 2017, cet " Au désordre du monde" de Josiane Gelot (2).

         Née en 1948, l'auteure vit à Lyon et a travaillé dans le secteur social où elle a, dit-elle, "assuré l'accompagnement de personnes fragilisées par des histoires familiales chaotiques et douloureuses".

         D'emblée, les premiers poèmes annoncent la couleur; celle d'un mal-être dont on ne connaîtra pas les ressorts, bien qu'on se prenne ensuite au jeu de les deviner sous les mots d'un langage qui voile autant qu'il dévoile :               " M'ont donné le prix à payer                                                                                              Silence est l'or !                                                           Misant sur moi croyaient gagner.                                                           M'ont laissée comme ruinée."      ( page 11)

         La suite de ma lecture ne pouvait qu'être influencée par l'annonce de ce malaise, filtre assombrissant des poèmes ultérieurs peut-être plus neutres quand ils rapportent, par exemple, des scènes de rues.

         Malaise peut-être finalement apprivoisé, sinon dominé, mais qui, dans la durée, a laissé sa trace dans le langage ( "un éboulis de vie", "ficelé dans le temps", "pépite de solitude et d'ennui", "l'ombre coule en haillons", etc.).

         D'un langage simple et direct, c'est parfois comme d'une prose versifiée, mais parfois également les vers très libres imposent leurs scansion hâchée, brisant l'élan, comme incertains :                                                                               " Mon silence                                                                                                                                                    Eclaboussé de pluie                                                                                                                                              Par brassées Les gouttes                                                                                                                            Déchirées                                                                                                                                                        Sous les crocs du vent                                                                                                                                  Grelottent à la fenêtre                                                                                                                                       Font ventouses                                                                                                                                                     Sur mon silence défait " ( page 44 )

     

                                                                                                                Franck Reinnaz

     

    (1) : Comité de lecture actuel : Laurent Bayssières, Eliane Biedermann, Eric Chassefière, Guy Chaty, gérard Faucheux. 

    (2) : A commander au prix de 10 euros auprès de : M.J.C de la Vallée, 25 rue des fontaines Marivel, 92370 Chaville.

     

     

     


    votre commentaire
  •  


    Un peu de pub ( Trrrrrrrrrrès exceptionnellement !!! )

     

          Après 136 articles hebdomadaires sans jamais vous signaler sur ce blog l'une des parutions de mes poèmes ( en revues ou plaquettes ) , je m'autorise pour la première fois     ( et probablement la dernière ) à vous informer de la toute fraîche parution de mon mince recueil  intitulé  " Le Chemin"  aux éditions Filosphère ( 48 pages, 9.5 euros ).

     

     

     

     

     

     

     

         Si vous souhaitez l'acquérir, vous pouvez me contacter par courriel en cliquant sur l'onglet Contact dans la case Rubriques, en haut à gauche de la page de ce blog.

     

     

     

     

    Un peu de pub ( Trrrrrrrrrrès exceptionnellement !!! )

     

                                                                                                                                                                Franck Reinnaz

     

     

     


    votre commentaire
  • J'avais connaissance du Gérard Chaliand spécialiste de géopolitiqueGérard Chaliand : " Feu nomade "  ( Ed. Gallimard 2016 )

    et de stratégie, mais j'ignorais qu'il fut poète.                   

    Après trois premiers recueils de poèmes ayant paru dans sa jeunesse ( autour des années soixante ) le poète a semblé se taire pendant quarante années pour ne retrouver la voix qu'avec la vieillesse.

    Il m'apparaît deux raisons possibles pour proposer à votre attention ce "Feu nomade" qui regroupe les poèmes de ces deux périodes.   

    - Pour la poésie des deux premiers ensembles de poèmes dont l'écriture est parfois teintée de surréalisme :                                       "Mes mains portent des saisons figées au bout des sources [...]" (p 50)  Laquelle écriture, plus souvent encore, rappelle la poésie sud-américaine par le chant, l'ampleur, la voix haute, le discursif ... :     " J'ai marché durant des siècles séparé de moi-même                          je suis entré dans les eaux                                                           enlisé sans appui                                                                           mûr à la peine mûr aux coups                                                           je ne suis que ce lâche qui a peur du pillage                                       de voler pour la faim me voilà né voleur [...] "      ( page 29 )

    - Pour l'exceptionnelle complexité et densité du personnage et de la vie de ce bourlingueur inlassable, militant tiers-mondialiste, poète et géopoliticien, qui transparaissent dans les textes et dont l'intérêt peut compenser l'excessif prosaïsme des trois derniers ensembles de "poèmes" ( du moins pour certains lecteurs avides de voyages et découvertes).

    Claude Burgelin, dans son introduction, signale que cet Armémien " fils et petit-fils de ceux qui furent atrocement écrasés, dont le massacre même fut et reste dénié, s'est fait chasseur pour ne plus connaître la douleur du vaincu."( page 14 ).  Le poème de page 91 est l'un des rares à évoquer ce lourd passé.

    Au final, et bien que l'amour ait beaucoup compté dans cette vie dense, malgré son impuissance à changer le cours des choses, ce qui se montre ici est un monde violent où " Tout est régi par la force et la crainte" ( page 142 )

     

                                                                                                           Franck Reinnaz

     


    votre commentaire
  •  

    Nicolas Cendo : " Perdue aux lèvres "  ( Ed. La Dogana 2006 )

         Dans " Perdue aux lèvres ", Nicolas Cendo nous propose 52 brèves proses poétiques, chacune nous exposant d'une plume très légère quelques éléments disparates de sensations éprouvées dans la nature inhabitée où règne la lumière et ses couleurs vassales : " [...] De l'éclat jaune jusqu'au blanc de la herse l'été agrandit la distance, ruine chaque bordure, retombe tel un essaim au revers noir, sans témoin pour la lampe aveugle. " ( page 30 )

         La brièveté des textes, réduits treillis d'encre perdus dans les pages, dit assez que cette écriture est toute d'élaguage et de condensation. Les machines à interpréter que nous sommes, s'y voient souvent opposer un usage très libéral des règles sémantiques, mariant des termes dont le langage ordinaire exclue la combinaison ( " l'herbe allégée de rires ", " le chemin qui tremble ", " lointaines crêtes des jours " , etc.). 

         Quand le mystère se fait moins dense et  qu'un sens se dessine, il ne se dévoile à nos yeux qu'un tableau très banal, en lequel ne peut d'aucune façon résider la valeur poétique, tout entière logée dans la forme d'écriture.  Pure poésie diront alors certains.

         Lecture de poèmes-fantômes ne laissant aucune trace, agréable comme est agréable ce moment précédant le sommeil, quand se relâchent et s'effacent les tensions du jour puis la trace de ses évènements, puis même le temps qui sans eux se dissout alors que "les dernières lueurs qui fouillent l'espace calmé des chambres n'éclairent que deux tempes sans défense." ( page 34 )

         Charme et limite de la pure poésie.

                                                   

     

                                                                                         Franck Reinnaz

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Gérard Bocholier : " Le village emporté "  ( Ed. L'Arrière-Pays , 2013 )

         Qui mieux que Gustave Roud pouvait être cité par Gérard Bocholier en exergue de ce recueil de proses poétiques pour annoncer au lecteur sa plongée dans la houle des souvenirs insubmersibles d'une enfance campagnarde ?

         Quatre-vingt cinq pages pour autant de tableaux de scènes rurales dans la Limagne des années cinquante, peuplés de gens simples s'activant aux métiers ruraux ( vendangeur, fossoyeur, porteur de hotte, fouleur de cuve, bouilleur de cru, trieuse de pommes, chiffonnier, commis, jardinier, épointeur, sulfateur, faucheur, maître d'école ...) et semés d'objets de très long usage assurant le relais entre les générations :                         " Dans le grenier, sous la charpente craquant encore de tous ses os, finissent de sécher de grands draps de fil. On ne distingue plus l'entrelacs des initiales que des doigts à présent réduits en poudre brodèrent pendant des mois, des années." ( pages 42 )

         Dans ces proses strictement descriptives, au langage précis, fluide et affuté, rien ne manque et rien n'encombre.       Souvent imagées, mais d'images si discrètes, si évidentes, que cette absolue maîtrise d'expression s'efface dans leur apparente simplicité, toute de netteté et de transparence.       

         La teinte dominante est automnale et douce sans mièvrerie, comme il en est généralement du monde redessiné par nos souvenirs, sans taire néanmoins la dureté de certaines vies campagnardes dans quelques pages où l'on s'étonne de croire entendre Jacques Josse :                                             " Il boit sa paie de la semaine tous les samedis et dimanches chez une femme accueillante à tous les ouvriers de la terre qui aiment la belote, lui apporte du vin blanc et du tabac gris. Le mari malingre n'est pas jaloux. Les pensionnaires laissent de belles étrennes aux enfants. Eugène rentre chez nous, à la chaloupée comme un marin en escale, puant l'anis ou l'eau de vie. Le lundi à l'aube, le voilà sur pied, le fessou à l'épaule (...) " ( page 24 )

         Je ne vous cacherai pas qu'une part de mon attirance pour ces textes tient à ma familiarité avec le monde d'enfance se dévoilant ici, car j'ai participé " moi aussi, à ces meurtres, par ma présence complice : le sac de viscères sorti tout chaud de la fourrure, puis fendu, laissant tomber son contenu qui fume. Et cette odeur de mort fraîche, que la poche de fiel, crevée par mégarde, rendait indélébile ..." ( page 29 ).

     

     

                                                                                                       Franck Reinnaz

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique