• Bruno Berchoud

     

    Septième livre de poésie de Bruno Berchoud, "Essais de voix sur les décombres"

    vient de paraître aux éditions Atelier du Grand Tétras dans la collection Glyphes. Divers personnages y évoquent leurs vies de "gens de peu" dans un immeuble devenu décombres de béton après sa destruction pour "réhabilitation" du quartier:     

    Comme l'écrivain public prêtait son écriture à ses voisins, Bruno Berchoud prête à ses personnages sa prose poétique condensée, allusive, discrètement métaphorique et pudique, qui habite la plupart de ses livres:

    "La fièvre en plein hiver a la tiédeur d'un drap tendu sur les nuages. Avec des matelas de brume sur le front, tu es le prince endolori qui étire ses os, et tire à son chevet la mère." (2)

     

    Quelques "vrais" poèmes versifiés, souvent plus épurés, s'insèrent dans ces proses :

    "Toute semence vaine                                                                                                                                             la semaine s'avance                                                                                                                                          érode encore un peu de lune                                                                                                                                 (...)                                                                                                                                                                          Ici est un miroir                                                                                                                                                    Se souvenir est notre abîme" (3)

    Hormis ses qualités poétiques, le charme des textes de Bruno Berchoud tient aussi aux souvenirs nostalgiques qu'il ranime chez les lecteurs qui vécurent un monde analogue, et qu'il évoque pudiquement, souvent allusivement, comme bridé par "la peur de déposer des mots qui sautent à la figure". (4)

    Les premières lignes sont souvent mystérieuses à force de condensation, de métaphores et d'allusions, mais celles-ci se renforçant l'une l'autre, le texte s'éclaircit peu à peu, comme un brouillard qui se lève et dont les restes magnifient la lumière.

    L'émotion affleure souvent, jamais nommée mais seulement suggérée par ses seuls effets dans un monde où le langage est souvent de gestes; langage que nous décodons par empathie plus ou moins aisément, à la mesure de notre propre qualité humaine et de notre familiarité avec des vies cousines :

    "Les mains croisées derrière le dos                                                                                                                          le visage tourné vers celui qui le hèle                                                                                                                       le sourire tout entier remonté dans les yeux                                                                                                              à cause de la pipe qu'il faut tenir entre les dents (...)" (5)

    Ces livres peuvent aussi se lire comme une autobiographie morcelée, allusive et pudique, esquissant à petites touches l'entame du tableau pointilliste d'une vie, parfois voilé de l'ombre d'un frère handicapé. (6)

    Je ne saurais caractériser le projet poétique de Bruno Berchoud mieux qu'il ne le fit lui-même dans le texte final de son livre "L'ombre portée du marcheur" :" (...) restaurer l'incertitude, amorcer la vibration du doute (...) [dans] l'hésitation de la parole entre l'intemporalité du pur poème et la temporalité du récit, entre contemplation et narration (...)" .  L'essentiel de ses textes sont des proses qui me semblent pourtant plus narratives que contemplatives. Mais ces narrations sont rarement transparentes; condensations, allusions et métaphores voilent le sens d'une écriture poétiquement translucide .

                                                                                                                                 Franck Reinnaz

     

    (1) : page 19 dans "Essais de voix sur les décombres" ( Ed. Atelier du Grand Tétras - 2015 )                                                                                  (2) : Page 16 dans "Comme on coupe un silence" ( Ed. Le Dé Bleu - 2000 )                                                                                                          (3) : page 21 dans "L'ombre portée du marcheur" ( Ed. Le Dé Bleu- 1998 )                                                                                                          (4) : page 56 dans "Comme on coupe un silence"                                                                                                                                                  (5) : page 9 dans "La beauté du geste" ( Ed. Clarisse - 2011 )                                                                                                                                (6) : voir "Une Ombre au Tableau" ( Ed. Atelier du Grand Tétras - 2010 )

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :