• Brouillage et poésie ( 2 ) : La condensation

     

    Sur le chemin qui mène de la narrativité prosaïque transparente à l'expressivité poétique translucide, une autre étape après la disjonction (1) pourrait être la condensation : Le texte est parsemé de failles, d'écarts, de sauts qui toutefois, et contrairement à la disjonction, ne semblent pas nous faire changer de plan thématique : C'est bien , semble-t-il, de la même chose que "parle le poème", mais sa parole est trouée de silences. 

    Ces failles peuvent se situer entre les "expressions/phrases", elles-mêmes toujours de sens aussi transparents, comme cet exemple chez Guillevic :

    " Lorsque l'eau bout, Est-ce vous                                                                                                                           qui appelez, avez-vous mal ?

    Ou bien                                                                                                                                                                 n'avez-vous pas quitté le seuil ?

    Vous l'envoyé                                                                                                                                                       qui n'aurez pas osé venir. " ( 2 ) 

    Nous sommes devant ce texte comme devant un dessin dont des parties seraient gommées et, soumis à l'inévitable tentation d'en combler les vides, nous hésitons devant une instable multiplicité d'interprétations possibles. 

    Le plus souvent, cette condensation opère au sein même des "expressions/phrases", dans une visée de concision si fréquente que certains voient en la poésie l'art de dire les choses avec le minimum de mots.                                     Ainsi, chez Antoine Emaz :

    " Dans la tête                                                                                                                                                     rien qu'une                                                                           panique                                                                           

    un cri

    après bien après la plaie                                                                                                                                        les larmes "  ( 3 )

    Dans ce texte mystérieux, les mots de "panique", de "cri", de "plaie" et de "larmes"   ne permettent pas d'imaginer que ce mystère puisse ne résulter que d'un jeu purement formel visant à voiler une très quelconque banalité.                       C'est moins vrai pour cet exemple lu chez André du Bouchet:

    " Ce balbutiement blanc

    cette bulle

    la figure encore criblée de pierres 

    à côté de chaque roue

    dans la paille

    qui craque

    près de la lumière "  ( 4 )  

    Dans tous ces exemples, le travail de condensation poétique semble nous proposer un dessin très incomplet, à peine une ébauche, trouée de vide et au trait flou.                                                                                                                Mais ces multiples traits flous dispersés sur l'ébauche, nous les envisageons d'emblée comme un unique dessin.          Nous sommes devant ces textes comme à chaque instant devant le monde : nous "devons" y lire des formes, c'est à dire lui donner un sens.

    Dans le poème d'Antoine Emaz, davantage que dans celui d'André du Bouchet, la valeur poétique du texte ne réside pas dans sa seule étrangeté, mais également dans le fait que cette étrangeté paraisse sur le point de se dévoiler, comme ces mots qu'on dit avoir sur le bout de la langue. 

    Même si je ne lis pas ainsi le poème de Du Bouchet , son excessive opacité laisse théoriquement ouverte la possibilité qu'il n'y ait là qu'un jeu formel, sans l'élan d'un sincère mais impuissant vouloir-dire l'insaisissable, et dont l'artifice poétique serait de savoir proposer au lecteur les maigres éléments des fugitifs et flous mirages dont il s'illusionnera lui-même de bonne grâce. 

    S'il en était ainsi d'un poète que vous appréciez, et si vous le saviez, perdriez-vous le goût de ses poèmes ?     

    Moi oui. 

                                                                                                                                      

                                                                                                                                                     Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) : voir l'article du 4 février 2015

    ( 2 ) : Dans le recueil " Terraqué " ( Ed. Gallimard )

    ( 3 ) : Dans le recueil " Plaie " ( Ed. Tarabuste )

    ( 4 ) : dans le recueil "Dans la chaleur vacante" ( Ed. Gallimard )


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :