• Beau pourquoi ? Beau pour qui ?

     

     

    SUSPENSPlanqué depuis deux heures, je m'ennuyais quand il est enfin venu.

    Je craignais son ouïe sensible et son fin odorat, mais sa maraude l'occupait trop.

    Quand il s'est ramassé et tendu avant le bond, j'ai déclenché une rafale de clichés dont j'espérais que l'un au moins le cueillerait en plein vol.

    Hélas, ce fut une photographie ratée parce que trop floue ... du moins pour moi.

    Certains m'ont convaincu d'intégrer tout de même ce "renard volant"  à l'exposition de photographies organisée à l'occasion de la fête annuelle de mon village aveyronnais. Ce fut, à ma grande surprise,  la photographie préférée par les visiteurs.

     

    La plupart des "regardeurs" ordinaires qui défilaient, semblaient préférer dans une photographie la lecture d'un inhabituel moment de vie, quelque chose qui propose une histoire à deviner ou imaginer. Une histoire étrange, peut-être, mais "étrangement familière". L'imperfection éventuelle des aspects "formels" des photographies ( netteté, cadrage, équilibre des masses, etc.) étaient négligés par eux, sous réserve de ne pas gêner la compréhension immédiate du "sens" de la photographie. Regretter le manque de netteté de cette photographie leur aurait paru aussi saugrenu que de regretter le léger tremblement de l'écriture très lisible d'un message reçu.  

     

    Beau ...pour qui ?

     

    Bien sûr, l'esthétique de certaines autres photographies était également appréciée, mais plus mollement, sans enthousiasme, presque par politesse à mon égard .     

    Comme par exemple cette photographie "d'arbres en automne", avec sa riche palette de couleurs qu'on pourrait croire tombée du pinceau d'un peintre.

                                            

     Même dans la mémoire d'un pur esthète, les "moments-Arbres" ne font-ils pas pâle figure devant les "moments-Renard" ?

     

     

    Que peut-on penser de l'affirmation "politiquement correcte" de l'importance de l'esthétique pour notre qualité de vie , sans se payer de mots et sans être sous l'influence d'une pesanteur culturelle et d'un habitus social ?

     

                                                                                                               Franck Reinnaz

     

     

     

                                         

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :