• " A L'INDEX " N° 30 ( Avril 2016 )

     

    A L'INDEX  N° 30 ( Avril 2016 )

         Tantôt anthologique et tantôt mettant en valeur l'œuvre d'un seul poète,  " A l'index " est une revue de poésie à parution semestrielle, pilotée par Jean-Claude Tardif (1), lequel édite également chaque année quelques recueils de poètes.

        L'esprit de la revue peut être illustré par cette formule de Jean-Claude Tardif : " Pour ce qui me concerne, la poésie doit être lisible, parler à l'autre ( le lecteur ), le questionner. L'importance du verbe ( sa chair ) ce n'est pas le verbe mais ce qu'il véhicule, communique d'émotions. " (2)

         Il n'est donc pas surprenant de lire fréquemment dans la revue de courtes proses ( micro-nouvelles ou proses poétiques ) mêlées à des poèmes versifiés et souvent narratifs.

         Ce numéro 30 présente une vingtaine de poètes disposant pour la plupart de plusieurs pages, et j'y ai particulièrement apprécié :

    - dans la rubrique anthologique "Jeu de paumes", l'aérien poème "Papillonner" de Leyla Al-Sadi que j'imagine subtilement allégorique :                                                    " Le papillon n'a pas deux mains à joindre                       Pour une dernière prière                                                                                                                                    Sans main tout souhait est caduc                                                                         

    S'il touche de l'eau bénite il se noie                                                                                                                        Son amour pour la bougie le consume

    Tout autour le noir règne "

    - Le dynamisme, la fantaisie et l'habile glissement vers la chute finale de la micro-nouvelle de Fabrice Marzuolo .

    - L'ouverture aux poètes étrangers ( en l'occurrence : Turquie, Portugal, Roumanie et Etats-Unis).

    - Le ton des lettres d'Anne Sexton, bousculant ses correspondants sans souci de fioritures hypocrites.

          Pour conclure, je noterai qu'en rappelant la fragilité des revues poétiques dont "la défection d'un abonné est, à elle seule, vécue comme un péril ", Jean-Claude Tardif m'a donné mauvaise conscience et je me suis résolu à me réabonner à une certaine autre revue dont la qualité ne m'emballait plus guère parmi la douzaine d'autres auxquelles je suis abonné.

     

                                                                                                             Franck Reinnaz 

     (1) :  entouré de : Christiane Laillet, Anne-Marie Bahu, Michelle Berranger, Jean-Marc Couvé et Roberto San Geroteo.                                       Voir également le blog internet: www.lelivreadire.blogspot.fr et l'adresse courriel : revue.alindex@free.fr    

    (2) : page 35 dans "Conversation à voix rompues" de J.C.Tardif et J.A.Guénégan ( Ed. Editinter )

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :