•  


    Jean-Luc Sarré : " Autoportrait au père absent " et " Bât. B2 "

         A la fin des années 2000, je découvrais Jean-Luc Sarré dans ses recueils " Bât. B2"     ( Ed. Farrago, 2006)(1) et  "Auto-portrait au père absent" (Ed. Le Bruit du Temps, 2010).

    Deux recueils de proses versifiées, narratives-descriptives de souvenirs ou surtout de scènes vécues d'un quotidien très ordinaire dans les marges citadines, s'éparpillant en digressions, réflexions et coqs à l'âne, de significations apparemment très accessibles et pourtant semées de formules allusives énigmatiques dont on imagine les allusions transparentes pour qui ferait partie de l'histoire qui se joue là :

    "(...)                                                        notable empesé du delta,                                                                                                                                passeur d'une rive à l'autre, enfin !                                                                                                                      puis au matin, derrière les touches,                                                                                                                      rejeton d'un clavier douteux,                                                                                                                          crasseux magnolia déclassé.                                                                                                                                      (...) "                                         (  Bât. B2, page 18 )

     

         Dans ses poèmes, Jean-Luc Sarré se présente en braconnier dont l'arme est le regard et dont le regard est requis par la poésie :

    " Sans doute pourrais-je abjurer la poésie                                                                                                                     si ce n'était par là abjurer le regard "                       ( "Autoportrait ...", page 68 )

     

         Parfois les textes se font encore plus transparents et deviennent comme des notes de journal. Certains se demanderont alors si sont vraiment poétiques ce vrac de descriptions, réflexions et souvenirs comme ce texte qui semble n'être versifié que pour se revêtir d'un conventionnel habit de poésie. N'est-on pas là plutôt, et seulement, comme dans l'antichambre de la poésie ( 2 ), en présence d'un matériau brut attendant l'opération poétique finale de raffinage dont sortira la substance épurée de la "vraie poésie" ? 

    D'autres préféreront à l'évanescence d'une insaisissable pure poésie, inaccessible comme l'horizon , l'agrément plus modeste d'un "voyeurisme" universellement partageable, consistant à "voir vivre".

    Quant à moi, la vérité poétique me semble dans l'analogon poétique du "rêver vivre"ou même du "rêver voir vivre":       La vie vue s'y présente au travers d'un filtre poétique assez semblable au filtre onirique : Distorsion du temps et de l'espace, fluidité, incomplétude et coqs à l'âne ...

     

                                                                                                                                                               Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) :Cet ensemble vient d'être ré-édité par les éditions Le Bruit du Temps, en deuxième partie d'un recueil comprenant également la ré-édition des "Poèmes costumés", lesquels avaient paru en 2003 aux mêmes éditions Farrago .                                                                                   ( 2 ) : Selon la formule, non dépréciative, de Thierry Guichard dans le magazine mensuel de critique littéraire Le Magazine des Anges" N° 113.

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     "Le Matricule des Anges" ( 1) est une revueLe Matricule des Anges de critique littéraire qui se distingue par son intérêt pour les petits éditeurs et par la place non négligeable qu'elle accorde à la poésie. 

    Depuis son premier numéro de novembre 1992, je suis abonné à cette revue, bimestrielle jusqu'à fin 2003 et mensuelle depuis lors ( 2 ).  

    La poésie mobilise huit des quarante-huit pages format A4 du numéro d'Avril 2017, à savoir :  

    1 : Entretien avec Jean-Marc Bourg, créateur des éditions de poésie FAÏ FIOC.

    2 : Quelques réflexions sur la poésie par Xavier Person, à l'occasion de sa lecture du recueil " Au bord " de Sereine Berlottier .                             

    3 : Recensions-critiques :

    des revues CCP ( Cahier Critique de Poésie ) N°33 et TALWEG N°4.

    du récent pavé des éditions Flammarion : " Un nouveau monde - Poésies en France 1960 - 2010 ".                                

    des livres :                                                                                                                                                                 - " Henri Deluy , ici et ailleurs : Une traversée d'Action Poétique" ( Ed. Le Temps des Cerises  )                                       - " Ma découverte de l'Amérique" de Vladimir Maïakovski ( Ed. du Sonneur ).                          

    des recueils :                                                                                                                                                           -" Kérosène Kitch" de Henri Deluy ( Ed. Flammarion )                                                                                                 - " Ni bruit, ni fureur " de Lucien Suel ( Ed. La Table Ronde  ).                                                                                      - " Les petits vertiges" de Ito Naga ( Ed. Cheyne ).                                                                                                    - " Caverne" de Mackenzie Orcel ( Ed. La Contre  Allée )                                                                                              - " Vertical " de Jean Claude Scneider ( Ed. La Lettre Volée ).  

     

    Je vous recommande cette revue dont les Anges ont les pieds sur terre et ne s'envolent ni ne se dissolvent dans un éther inaccessible.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) : Directeur de la publication : Thierry Guichard. Site internet : www.lmda.net                                                                                              ( 2 ) : L'abonnement à la version en ligne de la revue donne accès aux archives, c'est à dire à une grande part des articles des précédents numéros.

     

     


    votre commentaire
  •  


        Le préambule motorisé de mes randonnées de chasse photographique s'achève fréquemment aux abords d'une ferme dont surgit une hurlante escouade canine.                                           Dans les minutes requises pour l'assagissement des cerbères, je m'exerce à distinguer le timide, le teigneux et surtout le sociable avec lequel j'engage la conversation qui rassure l'un et calme l'autre.

        Ce jour-ci, goûtant fort ma compagnie, le sociable m'accompagne et voudrait même me précéder et m'entraîner à sa suite sur la piste de son parcours idéal. D'abord flatté par ce compagnonnage, je m'inquiète de la suite prévisible: A tant courir dans tous les sens et souvent me précédant de loin, cet aimable chien va réduire à néant les opportunités d'intéressantes photographies animalières !

        Il me faut donc m'en séparer et, pour ce faire, je gesticule et grimace et donne de la voix.                                         C'est d'abord peine perdue : Il s'amuse de mes jets hargneux de boules de neige et aboie quand je crie, comme pour dire qu'il sait en faire autant ... Mais à la longue il se méfie, sa queue s'agite moins puis il s'éloigne, la queue basse et le regard éteint dans lequel je crois lire cette nouvelle déception que lui cause un de ces hommes décidément incompréhensibles ! 

        Il ne m'abandonne pourtant pas et m'accompagne encore, tantôt derrière et tantôt devant, mais à distance, comme espérant un retour en grâce.  

        Mon inconstance m'a fait tout perdre, la promesse d'intéressantes photographies et la chaleureuse complicité du compagnon d'un jour.  

     

                                                                                                                                            Franck Reinnaz

     

     


    votre commentaire
  •  

         Selon le journal Le Monde du 28/02/2017, la société SpaceX vient d'annoncer que deux touristes partiront en voyage autour de la Lune d'ici à la fin de 2018, et par ailleurs, sur le site www.LVMH.fr, on constate le quasi-doublement en cinq ans du cours de bourse de cette multinationale du luxe qu'est LVMH.

         Pour expliquer l'appariement de ces deux informations, je dois opérer un petit détour .    

         Dans certaines versions mal dégrossies du marxisme, il est suggéré que le capitalisme creuserait lui-même sa perte en restreignant les revenus des classes productives parce qu'il assèche ainsi lui-même ses débouchés.                               En réalité, le problème est celui de la cohérence entre la structure des revenus et la structure des activités productives. En effet , le panier de consommation moyenne des classes propulaires n'a pas, indépendamment de son volume, la même composition relative que celui des classes fortunées. Il en résulte que si la répartition des revenus évolue durablement au profit des classes fortunées, la crise de débouchés peut être évitée si la structure des activités productives évolue en parallèle en privilégiant la production de biens et services de luxe au détriment des biens et services de subsistance.     Comme la structure globale des activités productives ne peut évoluer que lentement, une évolution rapide mais durable de la structure des revenus entraîne une crise de débouchés, mais cette crise peut être temporaire.

         Certains préféreront cette formule plus lapidaire : " Les fortunés ne peuvent dépenser tout leur argent dont une partie dort dans les banques, d'où le chômage ".

         C'est en partie vrai, mais en partie seulement. Rien n'empêche, à priori, le développement d'une offre de biens ou de services répondant au désir de consommation d'une classe fortunée devenue plus nombreuse et/ou plus riche. Et c'est ainsi que, depuis le milieu des années 80, l'écart croissant entre classes populaires et classes fortunées se trouve accompagné par le développement des industries du luxe (1) et l'émergence d'une offre de tourisme dispendieux.

     

                                                                                                                 Franck Reinnaz

     

    (1) : Voir aussi le marché des oeuvres d'art ou bien la joaillerie dont l'un des plus éminent représentants, Laurence Craff, déclarait récemment: " En 2016, il n'y a pas assez de pierres pour satisfaire la demande."

     


    votre commentaire
  •  


    Bernard Chambaz : " Etc. "  ( Ed. Flammarion 2016 )     En 2010, " Eté II" de Bernard Chambaz paraissait chez Flammarion, impressionnant pavé poétique de 260 pages grand format, dont le premier volume, paru en 2005, avait reçu le prix Apollinaire.

         Alternant proses et textes versifiés de vers très libres, ce livre exposait les divagations d'un poète sous l'apparence changeante d'une page de journal intime, d'un paragraphe d'essai littéraire ou d'un poème.

         "Tout est dans Tout" pour l'homme de culture, dont les divagations suivent la loi des apparentements analogue à celle des rêves : Telle personne, par exemple, est dotée d'une longue chevelure qui font penser aux algues, celles-ci nous ramènent aux rivières et les rivières nous emportent aux océans des navigateurs, etc.

         Lisant ce type d'écriture, la distance me semble courte et glissante entre deux réactions possibles: Trouver plaisante cette démonstration de culture dans une ambiance de rêve éveillé ou s'agacer de cette intempérance de langue tournant à vide comme par automatisme :

     " comment ça coexiste                                                                                                                                            avec les cimmériens avec Darius avec le sacré                                                                                                          la vieille automobile rouge rangée                                                                                                                      derrière le hangar                                                                                                                                                  la sensation du vent chaud sur ma peau                                                                                                                  le monde entier l'histoire du monde entier                                                                                                              pris dans le poème                                                                                                                                      vibration                                                                                                                                                          gelée de mûres comme les chinois                                                                                                                          les tombereaux de fleurs les équivalences                                                                                                            4000 livres de rose                                                                                                                                            magnolias                                                                                                                                                    mimosas "        ( page 190 )

    Bernard Chambaz : " Etc. "  ( Ed. Flammarion 2016 )

     

         On retrouve la même intempérance de langue dans "Etc." paru en 2016.     Cet ensemble de poème versifiés comprend 5 parties :

    - Par son style et ses thèmes, la partie médiane, intitulée "Dernières nouvelles données du bord de l'océan" pourrait être lue comme une suite à "Ete II" .

    - Dans " Etc. ", brillante et légère bulle de culture, l'auteur aligne les réflexions diverses sur l'usage de cet "Etc." dans la littérature poétique. 

    - "Du Bellay du balai " offre des vers si irréguliers et si libres que ce titre en semble annoncer ironiquement le programme.

    - " La mort de Verlaine " et "Vous avez le bonjour de Robert Desnos" proposent d'intéressantes anecdotes sur les derniers moments puis la mort de ces deux grands poètes. 

     

         Certains lecteurs à qui la concision, les coqs à l'âne et les libertés prises avec la grammaire ne suffisent pas, se demanderont s'il s'agit bien ici de poésie. Comme souvent, face aux "poémes-Flammarion", j'hésite à me prononcer .

     

                                                                                                 Franck Reinnaz

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires