•  


    J.P.Siméon : " La poésie sauvera le monde "  ( Ed. Le Passeur , 2015 )

         Jean-Pierre Siméon faisait paraître en 2015, aux éditions Le Passeur, un essai sur la poésie, intitulé " La Poésie sauvera le monde ".

         Cette centaine de pages, écrite avec le constant souci d'être compris, fut très bien accueillie comme on pouvait s'y attendre tant l'affirmation des éminentes vertus de la poésie conforte la doxa d'un milieu assoiffé de reconnaissance.

         On ne peut que se féliciter de cette volonté de dépasser les trop rapides assertions par quoi s'énonce usuellement cette doxa, pour développer une argumentation visant réellement à convaincre, mais l'énergie et même l'enthousiasme alimentant cette volonté d'argumentation sont aussi ce qui, à mon sens, pousse trop loin la démarche par excès d'optimisme.

         Après lecture, ce livre me paraît comme une nouvelle version, plus simple et plus optimiste, des thèses de Yves Bonnefoy sur la critique du concept et du langage ordinaire et de Jean-Claude Pinson sur la poéthique, thèses que j'avais discuté plus en détail dans mes articles des 20 sept. 2016 et 25 Janv. 2016 sur le présent Blog.

         Je résumais ainsi ma lecture de Y.Bonnefoy : "Pour beaucoup de poètes chez qui la poésie n'est pas qu'un jeu avec les sonorités ou les formes, mais une activité vitale où serait en cause une (des) voix issue(s) des abysses du moi et/ou l'expression de l'inépuisable altérité et infinie richesse de la présence du monde , l'usage poétique de la langue nous permet d'entrevoir une connaissance nouvelle sur le monde du poète, et donc aussi le notre, ou sur le poète lui-même, et donc aussi sur nous, alors que le langage ordinaire, superposant sur le réel la trame d'un découpage conceptuel, n'en donne qu'une connaissance appauvrie."

         C'est aussi ce que je crois lire ici. Mais là où Siméon glorifie les pouvoirs de révélation d'un langage poétique libéré de la dictature du concept, Bonnefoy reconnaît que nous sommes condamnés au conceptuel, la conscience elle-même supposant la catégorisation du perçu sans laquelle il n'y aurait pas présence du monde. Par conséquent, il est beaucoup plus prudent sur la possibilité d'un dépassement du langage ordinaire par l'expression poétique et la poésie, ce dépassement restant un objectif régulateur, un horizon qui nous oriente vers une tâche à jamais inaccomplie.

         Quant à moi, si je comprend l'intérêt de l'usage poétique du langage pour lutter contre son appauvrissement induit par l'orientation actuelle de la société, je me demande pourquoi serait un problème l'infini dépassement du langage par la perception, c'est à dire le constat qu'aucun texte ne peut restituer l'infinie richesse de la présence du monde, extérieur ou intérieur, telle qu'elle se donne à notre conscience immédiate. Cette frustration, je ne la comprend pas.

         Chez J.C.Pinson, le concept de poéthique concerne l'efficience existentielle du langage poétique, son pouvoir d'aviver l'existence subjective de la personne et sa perception de la présence sensible du présent, sa conscience de soi et du monde. Ce pouvoir de vivification, J.C.Pinson l'accorde aussi aux vies irriguées d'activités artistiques et non pas seulement strictement poétiques, vies ainsi déprises du règne du calcul, de l'efficacité et des intérêts. Il est possible que Siméon en soit d'accord, mais cela ne m'est pas apparu, tant l'auteur traite exclusivement du langage poétique.

         Pour ma part, même l'extension de ce pouvoir de vivification aux activités artistiques me paraît encore trop restrictif. Ce qui colore vivement tel aspect du monde à mon regard, c'est sa nouveauté. La curiosité, l'attrait pour les découvertes et le renouvellement, la détestation des habitudes, voilà les meilleurs voies à emprunter pour que le monde reste pour nous vivement coloré.

         Je me demande même si ce n'est pas là le grand mérite des velléitaires, injustement brocardés : Abandonner ce qui menace de s'affadir dans l'habituation.

         Les velléitaires, nos grands poèthes méconnus !

     

                                                                                                              Franck Reinnaz

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Marie-Anne BRUCH : " Ecrits la nuit " ( Ed. Polder , 2014 )

     

         La collection de poésie Polder est coéditée par la revue Décharge et les éditions Gros textes ( 1 ).

    Ce recueil de poèmes de Marie-Anne Bruch, 163ème de la collection, comprend deux parties, comme l'annonce le titre.

        Encore une fois, il s'agit de prose versifiée : Chaque courte strophe se présente comme une phrase découpée en vers, soit pour arborer son visuel habit de poésie, soit pour en ralentir la lecture, lequel ralentissement serait présumé valoriser la valeur poétique du texte.                   Pour ma part, je suis ici peu sensible à ces raisons et ne peux m'empêcher de lire ces strophes d'une seule traite, comme des phrases de proses usuelles.

        Le langage n'y étant que modérément imagé, le sens de ces phrases reste donc très accessible, mais de l'une à l'autre ( c'est à dire d'une strophe à l'autre ) le lien est souvent ténu ou distendu et la pause entre strophes "creuse" utilement cette distance, ce déphasage.               C'est dire que si je préfère lire les strophes comme des phrases, d'une seule traite, je marque nettement la pause entre celles-ci. Quant à l'unité du poème, compte-tenu de la relative indépendance des strophes, elle me paraît très secondaire devant l'unité de l'ensemble dont il fait partie et qui est Le poème ( "Ecrits la nuit" ou "Ecrits d'amour" ).       Je lis donc chacun de ces deux longs poèmes comme une succession de courtes phrases séparées par des pauses assez marquées laissant à chacune le temps de résonner en moi, processus à vertu hypnotique comme l'écoute d'une source égrénant lentement ses gouttes dans un bassin sonore ou bien à vertu thérapeutique:                                         " J'attendais                                                                                                                                                               le goutte à goutte                                                                                                                                                   d'un poème " ( page 6 )

       Le poème "Ecrits la nuit" nous parle d'une insomnie sereinement triste.                                                                       "Ecrits d'amour" égrène des souvenirs d'un amour perdu, d'un homme encore aimé et dont l'abandon interroge encore :  " Pourquoi                                                                                                                                                        avais-tu pris                                                                                                                                                      mon pire masque                                                                                                                                                  pour mon vrai visage ? "     ( page 59 )

    " Fuyais-tu de moi                                                                                                                                                  la part véhémente                                                                                                                                                  ou la part aimante ? "         ( page 60 )

        L'usage exclusif de l'imparfait comme temps de narration se justifie probablement par le besoin de marquer la distance entre la charge d'émotions des situations évoquées et la froideur clinique des formulations pourtant exprimées à la première personne.                                                                                                                                        Comme si le sujet pouvait sortir de lui-même et s'observer froidement depuis l'autre côté du miroir :                               " La nuit                                                                                                                                                                   était sans tain "     ( page 11 )

                              

                                                                                                           Franck Reinnaz

      

    ( 1 ) : Collection pilotée par Claude Vercey.

    Comité éditorial : Yves Artufel, Alain Kewes, Jacques Morin et Claude Vercey. 

     


    votre commentaire
  •  

      

                                           La fente

     

     

                                  Des qui gueulent

                                       ou bien pleurent

                                            ou bien rient

                                  pour pas que les étouffe

                                       la nuit.

     

                                  Des qui s'esquivent

                                       rasant les murs

                                  Ombres dans l'ombre

                                       cherchant la fente

                                            vers le jour.

     

                                  Des qui s'enfoncent

                                       au plus sombre

                                  pour mieux y fondre

                                       et devenir

                                            la nuit.

     

     

                                                                                                        poème de Franck Reinnaz

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  


    Jean-Luc Sarré : " Autoportrait au père absent " et " Bât. B2 "

         A la fin des années 2000, je découvrais Jean-Luc Sarré dans ses recueils " Bât. B2"     ( Ed. Farrago, 2006)(1) et  "Auto-portrait au père absent" (Ed. Le Bruit du Temps, 2010).

    Deux recueils de proses versifiées, narratives-descriptives de souvenirs ou surtout de scènes vécues d'un quotidien très ordinaire dans les marges citadines, s'éparpillant en digressions, réflexions et coqs à l'âne, de significations apparemment très accessibles et pourtant semées de formules allusives énigmatiques dont on imagine les allusions transparentes pour qui ferait partie de l'histoire qui se joue là :

    "(...)                                                        notable empesé du delta,                                                                                                                                passeur d'une rive à l'autre, enfin !                                                                                                                      puis au matin, derrière les touches,                                                                                                                      rejeton d'un clavier douteux,                                                                                                                          crasseux magnolia déclassé.                                                                                                                                      (...) "                                         (  Bât. B2, page 18 )

     

         Dans ses poèmes, Jean-Luc Sarré se présente en braconnier dont l'arme est le regard et dont le regard est requis par la poésie :

    " Sans doute pourrais-je abjurer la poésie                                                                                                                     si ce n'était par là abjurer le regard "                       ( "Autoportrait ...", page 68 )

     

         Parfois les textes se font encore plus transparents et deviennent comme des notes de journal. Certains se demanderont alors si sont vraiment poétiques ce vrac de descriptions, réflexions et souvenirs comme ce texte qui semble n'être versifié que pour se revêtir d'un conventionnel habit de poésie. N'est-on pas là plutôt, et seulement, comme dans l'antichambre de la poésie ( 2 ), en présence d'un matériau brut attendant l'opération poétique finale de raffinage dont sortira la substance épurée de la "vraie poésie" ? 

    D'autres préféreront à l'évanescence d'une insaisissable pure poésie, inaccessible comme l'horizon , l'agrément plus modeste d'un "voyeurisme" universellement partageable, consistant à "voir vivre".

    Quant à moi, la vérité poétique me semble dans l'analogon poétique du "rêver vivre"ou même du "rêver voir vivre":       La vie vue s'y présente au travers d'un filtre poétique assez semblable au filtre onirique : Distorsion du temps et de l'espace, fluidité, incomplétude et coqs à l'âne ...

     

                                                                                                                                                               Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) :Cet ensemble vient d'être ré-édité par les éditions Le Bruit du Temps, en deuxième partie d'un recueil comprenant également la ré-édition des "Poèmes costumés", lesquels avaient paru en 2003 aux mêmes éditions Farrago .                                                                                   ( 2 ) : Selon la formule, non dépréciative, de Thierry Guichard dans le magazine mensuel de critique littéraire Le Magazine des Anges" N° 113.

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     "Le Matricule des Anges" ( 1) est une revueLe Matricule des Anges de critique littéraire qui se distingue par son intérêt pour les petits éditeurs et par la place non négligeable qu'elle accorde à la poésie. 

    Depuis son premier numéro de novembre 1992, je suis abonné à cette revue, bimestrielle jusqu'à fin 2003 et mensuelle depuis lors ( 2 ).  

    La poésie mobilise huit des quarante-huit pages format A4 du numéro d'Avril 2017, à savoir :  

    1 : Entretien avec Jean-Marc Bourg, créateur des éditions de poésie FAÏ FIOC.

    2 : Quelques réflexions sur la poésie par Xavier Person, à l'occasion de sa lecture du recueil " Au bord " de Sereine Berlottier .                             

    3 : Recensions-critiques :

    des revues CCP ( Cahier Critique de Poésie ) N°33 et TALWEG N°4.

    du récent pavé des éditions Flammarion : " Un nouveau monde - Poésies en France 1960 - 2010 ".                                

    des livres :                                                                                                                                                                 - " Henri Deluy , ici et ailleurs : Une traversée d'Action Poétique" ( Ed. Le Temps des Cerises  )                                       - " Ma découverte de l'Amérique" de Vladimir Maïakovski ( Ed. du Sonneur ).                          

    des recueils :                                                                                                                                                           -" Kérosène Kitch" de Henri Deluy ( Ed. Flammarion )                                                                                                 - " Ni bruit, ni fureur " de Lucien Suel ( Ed. La Table Ronde  ).                                                                                      - " Les petits vertiges" de Ito Naga ( Ed. Cheyne ).                                                                                                    - " Caverne" de Mackenzie Orcel ( Ed. La Contre  Allée )                                                                                              - " Vertical " de Jean Claude Scneider ( Ed. La Lettre Volée ).  

     

    Je vous recommande cette revue dont les Anges ont les pieds sur terre et ne s'envolent ni ne se dissolvent dans un éther inaccessible.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) : Directeur de la publication : Thierry Guichard. Site internet : www.lmda.net                                                                                              ( 2 ) : L'abonnement à la version en ligne de la revue donne accès aux archives, c'est à dire à une grande part des articles des précédents numéros.

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires