•  

     

    Dévoilement ( 1 )

     

              Au loin, une ferme aboie contre la nuit; moi j'ai rompu ma laisse, abandonné

              la niche du jour domestique. Dans la nuit sans limites, aux marges du sensible,

              la faiblesse du regard exacerbe les sens jusqu'aux chimères. Et même si l'ombre

              est abîme, même si l'ombre est muraille, constante menace de chute ou de choc,

              oppressante imminence qui dure infiniment, j'avance vivifié par cette appréhension, 

              cordes sensibles à chaque pas plus tendues.

     

              J'ai refusé la lampe qui réduirait le monde à la bulle de lumière où elle m'enfermerait,

              poussin dans sa coquille sans ailleurs ni mystère.

     

              Sous la lune mijote le bouillon d'ombre d'une clairière aux grumeaux gris qui n'ont

              de mots pour se nommer, taches flottantes indécises que mes yeux balaieront pour

              qu'elles s'arriment et prennent formes dénommables, jamais certaines d'être du   

              monde ou de n'être qu'en moi.

     

              L'extrême lenteur m'épuise qui vise le silence, corps funambule esquivant les branches,

              entre les flaques d'où se dissipe l'empreinte du jour passé par là. Taches et bruits ,

              toujours douteux, sont si ténus et si fragiles que la marche les noie dans les rumeurs 

              du corps, si ambigus et peu-disant qu'ils sont mots de poème sur page d'ombre et de

              silence.

     

              D'âpres petits cris disent l'ultime instant où la rage du chasseur et la peur de sa

              proie perdent toute maîtrise. Entre eux le silence prend une autre couleur.

              Feux follets d'âmes que je fus, rôdent des peurs d'enfance; par jeu je les accepte

              mais c'est de froid que je frissonne quand le vent porte ma présence dans

              l'outre-monde des odeurs animales où cent narines fouillent anxieuses leur nuit

              violée.

     

              La folie des oiseaux dit l'imminence du jour, et lentement se dépose la lie de la

              nuit, aux ombres qui s'affirment, se multiplient et se marient. Réalité certaine

              d'identités incertaines, d'une temporaire étrangeté étrangement familière. Je sens

              sans preuves le vol d'une chouette archétypale au pur mouvement sans bruit ni

              forme, léger autant que le regard; son corps-papier vit dans mes livres.

              Bande pâle brisée s'affirme la lisière. Un chevreuil la franchit, furtive anguille dans

              le petit lait gris; ses brefs abois outrés dénoncent mon sacrilège.

     

              Bientôt, saoulés d'aurore violente, des brocards s'amuseront à des courses

              soudaines. Des mouchoirs de rosée luiront sur les fougères. Trois os blancs

              alignés diront une devinette; plus tard une pie sur un dos large et calme, cheval

              debout dormant. Pions muets dispersés sur le cadastre des éclats et des ombres,

              son tissage éphémère de jour et de nuit, mirage d'un nouveau monde.

     

              Echec aux ombres et aux chimères, l'échiquier de l'aurore lentement implosera,

              son espace atrophié cantonné en lisière.

     

              J'ai refusé la lampe pour m'offrir impuissant à la nuit sorcière. J'en thésaurise

              les mystères pour en pouvoir revivre de forte vie la tentation du dévoilement

              qui serait leur mort et donc un peu la mienne.

     

     

                                                                                                                                             Poème de Franck Reinnaz

     

    ( 1 ) : poème précédemment paru dans la revue Interventions à Haute Voix.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  


    Josiane Gelot : "Au désordre du monde" ( Ed. Interventions à Hautes Voix , 2017 )

          Deux fois par an, la revue Interventions à Haute Voix édite un recueil de poésie (1). Ainsi, pour le début 2017, cet " Au désordre du monde" de Josiane Gelot (2).

         Née en 1948, l'auteure vit à Lyon et a travaillé dans le secteur social où elle a, dit-elle, "assuré l'accompagnement de personnes fragilisées par des histoires familiales chaotiques et douloureuses".

         D'emblée, les premiers poèmes annoncent la couleur; celle d'un mal-être dont on ne connaîtra pas les ressorts, bien qu'on se prenne ensuite au jeu de les deviner sous les mots d'un langage qui voile autant qu'il dévoile :               " M'ont donné le prix à payer                                                                                              Silence est l'or !                                                           Misant sur moi croyaient gagner.                                                           M'ont laissée comme ruinée."      ( page 11)

         La suite de ma lecture ne pouvait qu'être influencée par l'annonce de ce malaise, filtre assombrissant des poèmes ultérieurs peut-être plus neutres quand ils rapportent, par exemple, des scènes de rues.

         Malaise peut-être finalement apprivoisé, sinon dominé, mais qui, dans la durée, a laissé sa trace dans le langage ( "un éboulis de vie", "ficelé dans le temps", "pépite de solitude et d'ennui", "l'ombre coule en haillons", etc.).

         D'un langage simple et direct, c'est parfois comme d'une prose versifiée, mais parfois également les vers très libres imposent leurs scansion hâchée, brisant l'élan, comme incertains :                                                                               " Mon silence                                                                                                                                                    Eclaboussé de pluie                                                                                                                                              Par brassées Les gouttes                                                                                                                            Déchirées                                                                                                                                                        Sous les crocs du vent                                                                                                                                  Grelottent à la fenêtre                                                                                                                                       Font ventouses                                                                                                                                                     Sur mon silence défait " ( page 44 )

     

                                                                                                                Franck Reinnaz

     

    (1) : Comité de lecture actuel : Laurent Bayssières, Eliane Biedermann, Eric Chassefière, Guy Chaty, gérard Faucheux. 

    (2) : A commander au prix de 10 euros auprès de : M.J.C de la Vallée, 25 rue des fontaines Marivel, 92370 Chaville.

     

     

     


    votre commentaire
  •  


    Un peu de pub ( Trrrrrrrrrrès exceptionnellement !!! )

     

          Après 136 articles hebdomadaires sans jamais vous signaler sur ce blog l'une des parutions de mes poèmes ( en revues ou plaquettes ) , je m'autorise pour la première fois     ( et probablement la dernière ) à vous informer de la toute fraîche parution de mon mince recueil  intitulé  " Le Chemin"  aux éditions Filosphère ( 48 pages, 9.5 euros ).

     

     

     

     

     

     

     

         Si vous souhaitez l'acquérir, vous pouvez me contacter par courriel en cliquant sur l'onglet Contact dans la case Rubriques, en haut à gauche de la page de ce blog.

     

     

     

     

    Un peu de pub ( Trrrrrrrrrrès exceptionnellement !!! )

     

                                                                                                                                                                Franck Reinnaz

     

     

     


    votre commentaire

  • "Encres Vives" de Michel Cosem (V. Joyaux fin 2016 et P. Badin début 2017)

          La revue Encres Vives est née à Toulouse dans les années 1960. Après quelques fluctuations, la revue s'est stabilisée vers la fin des années 1970 et deux collections ont ensuite complété l'activité des éditions Encres Vives dirigées par le poète Michel Cosem.

    Toutes ces publications prennent la forme d'une plaquette agrafée de seize pages format A4.

         La revue "Encres Vives"(1) propose généralement des poèmes d'un seul auteur confirmé ou, plus rarement, une anthologie collective ou un dossier sur un poète contemporain, au rythme de douze numéros par an.                          La collection "Encres Blanches" présente des poèmes d'un seul poète en accueillant volontiers des écritures émergentes.                                          La collection "Lieux" donne à un poète, confirmé ou débutant, la possibilité d'exprimer poétiquement sa relation privilégiée avec un lieu particulier.

        Pour exemple, le dernier numéro de la collection "Encres Blanches" propose, sous le titre "Pans de jours froissés", seize pages de poèmes de Véronique Joyaux (2 ). Ce qui pourrait n'être qu'une plaquette de 16 courts poèmes est en fait un vrai recueil puisque l'auteur use pleinement du grand format permettant des pages de plus de quarante lignes.                                        Mais comme l'inverse est toujours possible, on ne sait jamais à réception de la plaquette le volume de ce qui se donne à lire.

         L'ensemble des parutions depuis l'origine constitue une impressionnante bibliothèque de plus de 1500 plaquettes de poésie, dont une grande partie est encore disponible ( consulter le site www.encresvives.wix.com ) .                              A l'exception des écritures expérimentales ou formalistes, une grande partie des poètes français contemporains ont passé ou passeront par Encres Vives.

    Caverne d'Ali Baba pour le lecteur de poésie !

     

                                                                                                                         Franck Reinnaz

     

    (1) : Comité Editorial : Annie Briet, Jean-Louis Clarac, Michel Cosem, Chantal Danjou, Michel Ducom, Michel Dugué, Gilles Lades, Cédric Le Penven, Jacques Lovichi, Jacqueline Saint-Jean, Christian Saint-Paul, Jean-Michel Tartayre.

    (2) : Sur cette poétesse, voir article de ce blog daté du 15 Avril 2015

     

     


    votre commentaire
  •  

    Pourquoi celle-ci ?

          Mes raisons d'aimer cette photographie sont si personnelles, que je me demande si beaucoup l'apprécieront également.

    - C'est la photographie d'une lisière de forêt en fin d'après-midi et ceci connote pour moi ces séances où la nature prend un éclat particulier résultant de mon extrême attention, tous sens bandés au maximum, lorsque j'attend l'imminente apparition des bêtes que j'espère photographier.

    - J'aime quand le soleil bas éclaire latéralement l'intérieur des sous-bois et fait émerger les troncs comme une armée sur le pied de guerre.

    - j'aime les corps torturés des hêtres montagnards. Chacun sa forme improbable et singulière qui lui confère son individualité.

    - Je connais bien cet endroit auquel on n'aboutit qu'après avoir marché pendant cinq kilomètres et s'être élevé de six cent mètres, dans l'ombre dense de la forêt. L'arrivée au sommet est une fête de lumière.  

     

     

                                                                                                                               Franck Reinnaz

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires